Retour à la page Inégalités en santé

Globalement*, le nombre d’hospitalisations à la suite d’une MPOC a augmenté au fil du temps chez les Canadiens de moins de 75 ans. Les taux d’hospitalisations par 100 000 habitants ont augmenté, passant de 83 de 2006 à 2010 à 86 de 2011 à 2015.

L’écart entre les quintiles de revenu le plus faible et le plus élevé s’est élargi au fil du temps. Globalement*, pour les personnes dans le quintile de revenu le plus faible, le taux d’hospitalisations par 100 000 habitants était 4,5 fois plus élevé de 2006 à 2010 et 5,7 fois plus élevé de 2011 à 2015, comparativement aux personnes dans le quintile de revenu le plus élevé. Le taux d’hospitalisations du groupe de revenu le plus faible a augmenté, passant de 168 à 201 hospitalisations par 100 000 habitants. Toutefois, le taux du groupe de revenu le plus élevé a diminué, passant de 37 à 35 hospitalisations par 100 000 habitants.

Remarques

* L’analyse ne porte que sur les villes membres du Réseau pour la santé publique urbain (régions métropolitaines de recensement).

MPOC : maladie pulmonaire obstructive chronique.

Pour en savoir plus, consultez les tableaux de données et notes techniques de la publication Mesure des tendances en matière d’inégalités en santé dans les villes.

Sources

Base de données sur les congés des patients et Base de données sur la morbidité hospitalière, Institut canadien d’information sur la santé; Statistique Canada, Division de la démographie.

Retour à la page Inégalités en santé