Décembre 2018 — Pour le Dr Jeff Eppler, nul besoin de tableau ou de graphique pour comprendre les effets de la crise des opioïdes au Canada, qui fait des ravages dans sa collectivité en Colombie-Britannique.

« Il y a 5 ou 6 ans, c’était bien différent », rapporte le Dr Eppler, urgentologue à l’Hôpital général de Kelowna depuis 24 ans.

Les opioïdes — tels que le fentanyl, l’oxycodone, la morphine et la codéine — sont obtenus sur ordonnance ou illégalement. Dans les deux cas, ils peuvent entraîner des conséquences inattendues, comme une dépendance, une intoxication, voire la mort.

Le docteur Jeff Eppler, urgentologue à l’Hôpital général de Kelowna
Depuis un an ou 2, j’ai traité plus de surdoses que lors des 20 années précédentes réunies.
— Dr Jeff Eppler

Les résultats d’une nouvelle analyse de l’ICIS reflètent assurément la situation relatée par le Dr Eppler. En 2017, les taux d’hospitalisations liées à une intoxication aux opioïdes de l’Hôpital général de Kelowna était parmi les plus élevés au pays.

Au Canada, les taux d’hospitalisations liées à une intoxication aux opioïdes sont plus de 2 fois plus élevés dans les petites collectivités que dans les grandes villes. Par exemple, en 2017, à Brantford, ce taux était 3,5 fois plus élevé que la moyenne de l’Ontario.

« Nous avons observé une hausse des hospitalisations de 2016 à 2017 », explique Tin Vo, planificateur des services de santé au Bureau de santé du comté de Brant. « Puis, en 2018, les intoxications aux opioïdes ont chuté, une tendance aussi constatée par le personnel des services médicaux d’urgence. »

De même, l’analyse de l’ICIS montre que lors des 3 derniers mois de 2017 et des 3 premiers de 2018, les hospitalisations liées aux opioïdes ont diminué partout au Canada. Il est toutefois trop tôt pour dire si cette tendance se maintiendra.

Voici un aperçu des principaux résultats de la plus récente analyse de l’ICIS sur la crise des opioïdes :


Au Canada, les taux d’hospitalisations liées à une intoxication aux opioïdes étaient 2,5 fois plus élevés en 2017 dans les petites collectivités que dans les grandes villes.

Les intoxications aux opioïdes touchent les Canadiens partout au pays. Toutefois, l’analyse de l’ICIS révèle que, si les taux d’hospitalisations varient d’une province et d’un territoire à l’autre, c’est dans les petites collectivités (entre 50 000 et 99 999 habitants) qu’on trouve les plus hauts taux d’intoxications aux opioïdes.

« Jusqu’à tout récemment, la situation était complètement différente », raconte le Dr Eppler. « À l’occasion, quelqu’un avait besoin de naloxone (qui sert à traiter l’intoxication aux opioïdes). Aujourd’hui, j’en prescris tous les jours, voire plusieurs fois par jour. »

« C’est très difficile d’aider les gens à se sevrer des opioïdes. Les services en toxicomanie ne sont pas aussi accessibles qu’ailleurs, mais ça s’améliore. J’ai bon espoir pour la suite. »

En moyenne, 17 Canadiens par jour ont été hospitalisés en raison d’une intoxication aux opioïdes en 2017.

Même si la quantité d’opioïdes prescrits diminue, les préjudices découlant de leur utilisation sont en hausse.

« Je suis sidéré de voir que l’utilisation continue d’augmenter malgré le nombre de décès survenus », confie le Dr Eppler.

On estime qu’en 2017, 3 996 Canadiens sont décédés d’une surdose d’opioïdesRéférence1. La même année, les taux d’hospitalisations pour une intoxication aux opioïdes ont augmenté de 8 % par rapport à 2016. Entre 2013 et 2017, ces taux ont bondi de 27 %.


Entre 2016 et 2017, le taux de visites au service d’urgence liées à une intoxication aux opioïdes a augmenté de 73 % en Ontario et de 23 % en Alberta.

Entre 2016 et 2017, les taux de visites au service d’urgence liées à une intoxication aux opioïdes ont augmenté en Ontario et en Alberta, 2 provinces qui soumettent à l’ICIS des données dont le niveau de détail se prête à ce type d’analyse.

Le Dr Eppler souligne que la hausse des taux de visites à l’urgence est très préoccupante, et que diverses mesures sont nécessaires pour commencer à y remédier.

« Beaucoup de gens sont aux prises avec une dépendance aux opioïdes. On doit prendre soin d’eux, car ils sont vraiment à risque », explique le Dr Eppler. « Les solutions peuvent être radicales : on parle de traitement de substitution, de centres de consommation supervisés, de naloxone à emporter, voire de prescription d’héroïne, ainsi que d’un meilleur accès aux traitements de santé mentale. »

Entre 2016 et 2017, le taux d’hospitalisations liées à une intoxication aux opioïdes a augmenté de 30 % chez les hommes canadiens de 25 à 44 ans.

Entre 2016 et 2017, ce sont les hommes âgés de 25 à 44 ans qui ont connu la hausse des taux d’hospitalisations la plus rapide, avec un bond de 30 %.

Selon M. Vo, Brantford montre des tendances similaires à celles du Canada.

« À Brantford, la majorité des visites à l’hôpital et des appels aux services médicaux d’urgence concerne des personnes de 20 à 39 ans », explique-t-il. « Près de 60 à 70 % des cas font partie de ce groupe d’âge. »


Entre 2013 et 2017, le taux d’hospitalisations liées à une réaction indésirable aux opioïdes a diminué de 6 %.

Pour de nombreux Canadiens, les opioïdes jouent un rôle important dans le soulagement de la douleur. Toutefois, même obtenus sur ordonnance, ces médicaments peuvent causer des préjudices. C’est ce qu’on appelle une réaction indésirable aux médicaments.

Pour la première fois, l’ICIS s’est penché sur les hospitalisations liées aux réactions indésirables aux opioïdes prescrits. Entre 2013 et 2017, ces hospitalisations ont diminué de 6 % au pays. Des initiatives telles que les nouvelles lignes directrices canadiennes relatives à la prescription d’opioïdes, l’amélioration de la formation sur la prescription d’opioïdes et les programmes provinciaux de surveillance des médicaments d’ordonnance contribuent à accroître la sensibilisation et à changer les pratiques de prescription d’opioïdes.

L’ICIS continuera de faire rapport sur la crise des opioïdes au Canada. Pour en savoir plus, visitez la page Opioïdes au Canada.

Documents en vedette

La page couverture du nouveau rapport de l’Institut canadien d’information sur la santé, Préjudices liés aux opioïdes au Canada, montre un patient hospitalisé recevant une injection intraveineuse.

Lire le rapport

Lisez le rapport complet sur les préjudices liés aux opioïdes au Canada

Télécharger le rapport (PDF)

< Retour à Préjudices liés aux opioïdes au Canada