Le taux d’enfants et de jeunes canadiens hospitalisés en raison de l’asthme a baissé de moitié depuis 10 ans. Malgré cette amélioration, l’asthme demeure l’un des principaux motifs d’hospitalisation chez cette population, avec plus de 6 000 admissions à l’hôpital en 2015-2016. De plus, les enfants et les jeunes des quartiers à faible revenu affichent toujours des taux beaucoup plus élevés d’hospitalisations que ceux vivant dans les quartiers à revenu élevé.

 

Points saillants

  • Les taux d’hospitalisations liées à l’asthme ont baissé de façon constante entre 2006 et 2015 chez les garçons et chez les filles, la baisse la plus marquée étant observable chez les enfants de moins de 5 ans.
  • Depuis 10 ans, les taux d’hospitalisations sont demeurés environ 1,5 fois plus élevés dans les quartiers à faible revenu que dans les quartiers à revenu élevé.
  • Les taux d’hospitalisations sont en moyenne légèrement plus élevés dans les régions urbaines que dans les régions rurales ou éloignées.
  • De grandes inégalités sont également observables selon le niveau de scolarité, surtout chez les garçons.

Cette analyse, menée en collaboration avec Statistique Canada, s’appuie sur la Base de données sur la morbidité hospitalière (BDMH) de l’ICIS et les données couplées du recensement de la population de Statistique Canada et de la Base de données sur les congés des patients (BDCP) de l’ICIS. Les conclusions de l’analyse abordent les inégalités des hospitalisations liées à l’asthme selon l’âge, le sexe, le revenu, l’emplacement géographique et le niveau de scolarité chez les enfants et les jeunes (de 0 à 19 ans) à l’échelle provinciale, territoriale et nationale, ainsi qu’au fil du temps.