Webinaire: Introduction à la CIM-11 — partie 3

Transcription du webinaire : Introduction à la CIM-11 — partie 3

Diapositive #1 : Introduction

Bonjour à tous. Bienvenue au webinaire Introduction à la CIM-11 — partie 3 d’une série de plusieurs présentations planifiées. Je suis Natalie Fay, accompagnée de Geneviève Plante, nous travaillons comme spécialistes des classifications avec l’équipe des Classifications et Terminologies de l’ICIS. 

Diapositive #2 : Programme

Nous commencerons aujourd’hui par faire un bref survol des points qui ont été abordés jusqu’à présent dans le cadre de la série de webinaires Introduction à la CIM-11. Nous examinerons certains des changements apportés à l’outil de codification de la CIM-11 diffusé le 26 septembre 2019. Nous présenterons ensuite le Guide de référence de la CIM-11 et certains exemples de conventions utilisées dans la classification, puis nous effectuerons une démonstration pour donner des exemples de codification.

Diapositive #3 : Vue d’ensemble de la série de webinaires : parties 1 et 2

Jusqu’à maintenant, nous avons présenté 2 volets de la série de webinaires Introduction à la CIM-11, où nous avons abordé divers points comme les renseignements contextuels de la classification, quelques caractéristiques, la nouvelle terminologie, les principales différences entre la CIM-10-CA et la CIM-11 et les travaux en cours sur cette classification à l’ICIS. Nous avons également montré comment utiliser la nouvelle classification. Dans le deuxième webinaire, nous avons mentionné que la CIM-11 a été adoptée lors de la 72e Assemblée mondiale de la santé en mai 2019 et qu’elle entrera en vigueur le 1er janvier 2022. Nous avons également souligné que le Canada n’a pas encore décidé de la date de mise en œuvre de la CIM-11 au pays.

Diapositive #4 : Changements à l’outil de codification de la CIM-11

Une version mise à jour de l’outil de codification de la CIM-11 est maintenant disponible. Nous allons présenter certains des changements par rapport à la version précédente.

Diapositive #5 : Changements à l’outil de codification

Premièrement, il faut souligner que l’outil à jour doit être utilisé avec Google Chrome ou Microsoft Edge. Internet Explorer n’est plus pris en charge.

L’affichage du contenu sur la page de l’outil de codification a été modifié. Nous présenterons ces modifications plus en détail durant la démonstration.

Diapositive #6 : Changements à l’outil de codification

Un des changements figurant dans la version de l’outil de codification publiée en septembre concerne le retrait de la fonction « Feedback » qui, comme nous l’avons vu dans la partie 2, permettait de soumettre un commentaire à l’OMS lorsque vous n’arriviez pas à trouver un terme diagnostique dans l’outil.
La distribution selon le chapitre ne s’affiche plus automatiquement; elle doit être activée. 
La façon de consulter un code dans le navigateur a changé. Aussi, une liste de termes correspondants, de nouvelles icônes, des instructions pour la post-coordination et un navigateur intégré ont tous été ajoutés.

Nous prendrons soin de vous montrer les changements présentés aux diapositives 5 et 6 lors de la démonstration de l’outil.

Diapositive #7 : Guide de référence de la CIM-11 et conventions

Aujourd’hui, nous allons explorer le Guide de référence de la CIM-11 et présenter des exemples de conventions utilisées dans la classification. Comme nous n’avons pas le temps d’examiner toutes les conventions, nous nous concentrerons sur les 2 directives suivantes :

« À codifier aussi »; et
« Utiliser un code supplémentaire, si désiré ».

Diapositive #8 : Guide de référence de la CIM-11

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a créé le Guide de référence de la CIM-11 en guise de complément à la classification. Le lien présenté sur cette diapositive permet d’accéder à la version anglaise du document. L’OMS assure la gestion et la mise à jour de ce guide, dont la dernière mise à jour remonte à avril 2019.

Le guide de référence est divisé en 3 parties :

La partie 1 est une introduction à la CIM-11; elle fournit des renseignements généraux sur la classification.
La partie 2 porte sur l’utilisation de la CIM-11; elle fournit des renseignements sur la création des codes et sur l’information et les statistiques qui découlent de la CIM-11.
La partie 3 porte quant à elle sur les éléments nouveaux de la CIM-11; elle fournit des renseignements sur les nouveautés, de même que sur les éléments qui n’ont pas changé par rapport à la CIM-10.

Certains éléments de contenu que vous trouverez dans le guide de référence comprennent:

Un glossaire;
Les conventions utilisées dans la CIM-11; et
Les règles de codification des morbidités.

Le Guide de référence de la CIM-11 remplace le manuel d’instructions présenté dans le Volume 2 de la CIM-10 que l’OMS avait créé en guise de complément à la CIM-10.

Il ne faut pas oublier que le Guide de référence est encore en révision; ce n’est pas la version finale.

Diapositive #9 : Convention utilisée dans la CIM-11 : directive « À codifier aussi »

Le Guide de référence de la CIM-11 nous explique que les conventions permettent de standardiser la présentation du contenu dans la classification. La directive « À codifier aussi » est un exemple de convention utilisée dans la CIM-11.

La directive « À codifier aussi » est décrite au point 2.3 du guide de référence que nous vous montrerons un peu plus tard dans la présentation. Cette convention indique à l’utilisateur que des renseignements étiologiques supplémentaires doivent obligatoirement être codifiés en grappe dans certaines catégories. La directive « À codifier aussi » est une directive internationale obligatoire établie par l’OMS.

Diapositive #10 : Convention utilisée dans la CIM-11 : exemple illustrant la directive « À codifier aussi »

Cette saisie d’écran, tirée de l’outil de codification, illustre la directive « À codifier aussi » utilisée dans la CIM-11. L’exemple montre comment codifier le diagnostic « ulcère du pied diabétique ». En entrant notre terme dans l’outil, le premier résultat obtenu est BD54 Ulcère du pied diabétique.

La saisie d’écran montre certaines des nouvelles caractéristiques de l’outil de codification. L’outil indique qu’une correspondance exacte a été trouvée pour votre terme de recherche en surlignant le code et son titre en bleu, et en ajoutant un astérisque immédiatement après le titre. Dans notre exemple, le code BD54 est surligné en bleu et accompagné d’un astérisque. Nous savons donc que l’énoncé diagnostique « ulcère du pied diabétique » correspond exactement au titre du code BD54.

Comme mentionné précédemment, l’élément « termes correspondants » a été ajouté à l’outil de codification. Ces termes représentent des synonymes du code en question. Ici, « ulcération neuropathique du pied causée par le diabète » est présenté en tant que synonyme pour le code BD54.

Un cercle vert avec 3 petites lignes horizontales se trouve au code BD54, dans le coin supérieur droit, signalant la présence d’une note de codification pour ce code. Les notes de codification fournissent des directives supplémentaires sur l’attribution des codes. Un cercle orange avec un plus se trouve également à BD54, juste à côté du cercle vert. Le cercle orange signifie qu’une post-coordination est obligatoire pour cette entrée, comme l’indique la note associée « post-coordination obligatoire : cliquez ici pour ouvrir le navigateur ». En d’autres mots, cette note indique qu’en cliquant sur le lien vers le navigateur, nous serons redirigés vers une directive « À codifier aussi ».

Puisque la post-coordination est obligatoire à BD54, allons voir à quoi ressemble ce code dans le navigateur.

Diapositive #11 : Convention utilisée dans la CIM-11 : exemple illustrant la directive « À codifier aussi »

Voici une saisie d’écran de BD54 Ulcère du pied diabétique dans le navigateur de la CIM-11.

À la fenêtre de post-coordination, on voit la mention « Utiliser un code supplémentaire pour identifier la cause » indiquant qu’il y a une affection responsable, suivie d’une parenthèse dans laquelle on peut lire « À codifier aussi ». Si la CIM-11 affiche la directive « À codifier aussi », c’est qu’il est obligatoire de suivre cette directive, le cas échéant. Rappelez-vous que la directive obligatoire « À codifier aussi » avait déjà été signalée dans l’entrée correspondante de l’outil de codification, par le cercle orange avec un plus.

Dans le contexte de la codification de l’énoncé diagnostique « ulcère du pied diabétique », il est obligatoire d’attribuer un code supplémentaire pour le type de diabète puisqu’il s’agit clairement de l’affection qui a causé l’ulcère du pied.

Vous pouvez faire une recherche pour l’affection responsable dans le champ de recherche sous la mention fenêtre « Utiliser un code supplémentaire pour identifier la cause », ou simplement sélectionner un des codes énumérés sous ce champ. Comme l’exemple ne précise pas le type de diabète du patient, nous devons choisir un code générique de diabète sucré, soit le code 5A14 Diabète sucré, type non précisé.

Dans le coin supérieur droit du navigateur, on voit qu’une codification en grappe a été créée à partir des codes BD54/5A14. Cette codification en grappe, ou post-coordination, décrit l’ulcère du pied diabétique dû à un type non précisé de diabète sucré associé à notre exemple.

Diapositive #12 : Convention utilisée dans la CIM-11 : directive « Utiliser un code supplémentaire, si désiré »

Examinons maintenant la directive « Utiliser un code supplémentaire, si désiré », que l’on décrit également au point 2.3 du guide de référence. Cette directive diffère de l’autre, car elle indique à l’utilisateur que des renseignements supplémentaires facultatifs peuvent être codifiés. La codification est donc facultative pour une déclaration à l’échelle internationale à l’OMS.

Diapositive #13 : Convention utilisée dans la CIM-11 : exemple illustrant la directive « Utiliser un code supplémentaire, si désiré »

Cette saisie d’écran illustre la directive « Utiliser un code supplémentaire, si désiré » utilisée dans la classification. L’exemple montre comment classer l’énoncé diagnostique « fracture du fémur gauche ».

Le premier résultat obtenu en entrant « fracture du fémur » dans l’outil de codification est NC72.Z, que l’on voit dans cette saisie d’écran. Encore une fois, l’outil de codification indique que NC72.Z Fracture du fémur, sans précision représente une correspondance exacte pour votre terme de recherche, puisque le code est surligné en bleu et accompagné d’un astérisque. Comme l’énoncé diagnostique ne précise pas le type de fracture du fémur ou son emplacement exact, nous sélectionnons ce code.

Un cercle gris avec un plus indique que la post-coordination est facultative pour cette entrée. Autrement dit, le cercle indique que la directive « Utiliser un code supplémentaire, si désiré » s’applique à ce code.

Une liste de termes correspondants se trouve sous le titre du code. Notre terme de recherche, « fracture du fémur », fait partie de cette liste. L’information sur la post-coordination se trouve sous la liste de termes correspondants. Nous voyons le cercle gris qui précise qu’une post-coordination est possible pour ce code. Allons à la diapositive suivante pour voir les options de post-coordination pour ce code dans le navigateur.

Diapositive #14 : Convention utilisée dans la CIM-11 : exemple illustrant la directive « Utiliser un code supplémentaire, si désiré »

Cette saisie d’écran montre le code NC72.Z Fracture du fémur, sans précision dans le navigateur de la CIM-11. Dans la fenêtre de post-coordination, on voit « latéralité » suivi d’une parenthèse dans laquelle on peut lire « Utiliser un code supplémentaire, si désiré ». Nous pouvons identifier la latéralité de la fracture du fémur en ajoutant le code de prolongation « gauche » au code souche NC72.Z à partir de la liste de codes de prolongation présentée à la fenêtre de post-coordination.

Une fois que le code de prolongation gauche est sélectionné, il s’affiche dans la fenêtre de post-coordination à la droite de « latéralité » et il est aussi ajouté au code souche pour créer une codification en grappe au haut de la fenêtre du navigateur.

Je passe maintenant la parole à Geneviève.

Diapositive #15 : Démonstration de l’outil de codification de la CIM-11

Passons maintenant à la démonstration. Pour ce faire, cliquons sur le lien que vous voyez à l’écran afin d’accéder à la version de lancement de la CIM-11.

(Démonstration)

Ceci termine la démonstration de l’outil de codification. Retournons à la présentation.

Diapositive #16 : Page Web Codification et classification


Nous vous invitons à vous familiariser avec notre page Web de la CIM-11, si ce n’est déjà fait. Pour ce faire, utilisez le lien qui figure en haut de la diapositive. Vous y trouverez un enregistrement des parties 1 et 2 de la série de webinaires Introduction à la CIM-11. L’enregistrement du webinaire d’aujourd’hui, c’est-à-dire de la partie 3, sera disponible à compter du 15 novembre 2019. La date de diffusion de la partie 4 n’a pas encore été fixée.

Diapositive #17 : Conclusion

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous écrire à classifications@icis.ca en inscrivant « webinaire CIM-11 » en objet. Nous y répondrons avec grand plaisir.

Nous espérons que la partie 3 de la série de webinaires Introduction à la CIM-11 vous a été utile. Merci d’y avoir pris part et bonne journée!