Chaque jour, 13 Canadiens sont hospitalisés pour une intoxication aux opioïdes

Printer-friendly version

Le 16 novembre 2016 — Le Canada traverse une crise de santé publique en raison de la hausse des préjudices associés aux opioïdes, et un nouveau rapport quantifie leur incidence sur nos systèmes de santé.

D’après le rapport Hospitalisations et visites au service d’urgence liées à une intoxication aux opioïdes au Canada, produit conjointement par l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) et le Centre canadien de lutte contre les toxicomanies (CCLT), le taux d’hospitalisations liées à une intoxication aux opioïdes a augmenté de plus de 30 % de 2007-2008 à 2014-2015.

Qui sont les personnes hospitalisées pour une intoxication aux opioïdes?

Près du quart des hospitalisations liées aux opioïdes concernaient les 65 ans et plus, et ce, même si ce groupe d’âge ne représente que 16 % de la population canadienne. Les personnes âgées sont plus susceptibles de souffrir de préjudices liés à l’utilisation d’opioïdes, parce qu’elles prennent souvent plusieurs médicaments et que le vieillissement entraîne des changements physiologiquesi.

« Quand il est question de surdoses, on ne pense pas systématiquement aux personnes âgées », affirme Brent Diverty, vice-président, Programmes, à l’ICIS. « Les Canadiens seront donc peut-être étonnés d’apprendre que, depuis les 8 dernières années, ce groupe d’âge affiche le taux d’hospitalisations le plus élevé pour une intoxication aux opioïdes. Le rapport montre que plusieurs raisons peuvent expliquer ces hospitalisations et que les personnes âgées sont particulièrement vulnérables; elles pourraient donc bénéficier d’interventions ciblées. »

Bien qu’il soit demeuré le plus élevé chez les personnes âgées au cours de la période à l’étude, le taux d’hospitalisations annuel a augmenté plus rapidement chez les 15 à 24 ans que chez les autres groupes d’âge, soit de 62 %.

Quelles sont les raisons des intoxications aux opioïdes?

Les raisons des intoxications aux opioïdes varient grandement selon l’âge. Les données montrent que les intoxications aux opioïdes chez les personnes âgées étaient pour la plupart accidentelles (55 %), tandis que les intoxications chez les 15 à 24 ans étaient surtout le résultat d’un geste intentionnel (52 %).

L’étude révèle également des différences entre les provinces et les territoires quant au nombre d’intoxications aux opioïdes; la Saskatchewan, l’Alberta et la Colombie-Britannique affichaient les taux d’hospitalisations les plus élevés.

Visites au service d’urgence

Le rapport examine aussi les visites à l’urgence en Ontario et en Alberta — les 2 seules provinces à fournir à l’ICIS suffisamment de données détaillées sur les services d’urgence pour lui permettre d’identifier les intoxications aux opioïdes au cours de la période à l’étude.

Les intoxications aux opioïdes entraînent 7 visites par jour au service d’urgence en Ontario et plus de 3 en Alberta. Le taux de visites au service d’urgence a augmenté de façon régulière dans les 2 provinces de 2010-2011 à 2014-2015 (de 53 % en Alberta et de 22 % en Ontario).

« En 5 ans, le nombre de visites à l’urgence pour une intoxication aux opioïdes a connu une hausse spectaculaire en Ontario et en Alberta, ajoute Diverty. Ce qui est alarmant, c’est que ces chiffres ne disent pas tout, puisque certaines personnes décèdent avant d’arriver à l’hôpital. Ce rapport est un bon départ, mais nous n’avons toujours pas de portrait global des intoxications aux opioïdes au Canada. »

« Ce rapport représente une contribution inestimable au nombre croissant de données qui permettent de trouver une solution à la crise d’opioïdes au pays », déclare Rho Martin, première dirigeante adjointe au CCLT. « Pour la première fois, nous disposons de chiffres à l’échelle nationale qui font état des préjudices liés à l’intoxication aux opioïdes. De plus, bien que ces chiffres soient inquiétants, ils constituent probablement une sous-estimation de ce problème, puisque les surdoses qui n’ont pas été traitées à l’hôpital ou dans un contexte d’urgence ne sont pas comprises dans ces chiffres. »

Faits et chiffres

  • Les intoxications accidentelles et les intoxications intentionnelles comptaient respectivement pour 49 % et 33 % des hospitalisations liées aux opioïdes. Par comparaison, 12 % des hospitalisations étaient liées à une intoxication de nature inconnue et 6 %, à une intoxication dans le cadre d’un traitement (c.-à-d. lors de la prise d’un médicament tel qu’il a été prescrit).
  • La durée moyenne du séjour à l’hôpital pour une intoxication aux opioïdes était de 8 jours en 2014-2015. Ce chiffre est demeuré relativement le même depuis 2007-2008. Par comparaison, les personnes admises à l’hôpital pour une crise cardiaque y sont demeurées en moyenne 5 jours.
  • Les taux d’hospitalisations variaient selon la province et le territoire en 2014-2015, allant de 21 cas par 100 000 habitants en Saskatchewan à 10 cas par 100 000 habitants au Québec.

« La crise d’opioïdes a mis en évidence le besoin de recueillir des données probantes sur la prise en charge de la douleur. De plus, elle souligne l’importance d’apporter des changements à l’ensemble du système de santé pour les personnes aux prises avec une dépendance aux opioïdes ou à d’autres substances. En plus de contribuer à l’élaboration d’interventions ciblées efficaces, les résultats de ce rapport diminueront également la stigmatisation entourant la consommation d’opioïdes et la dépendance. Effectivement, les données nous indiquent clairement que les personnes qui subissent un préjudice lié aux opioïdes sont nos parents, nos grands-parents, nos collègues, nos voisins et nos jeunes adultes », indique Martin.

i. Voir le rapport de l’ICIS Utilisation des médicaments chez les personnes âgées adhérant à un régime public d’assurance-médicaments au Canada, 2012.

Pour obtenir un document de l'ICIS dans un format de remplacement, remplissez le formulaire de demande d’accès sur le site de l'ICIS.