Accoucher en région rurale au Canada : expériences différentes mais résultats semblables

Printer-friendly version

Naissances à l’hôpital au Canada : un regard sur les femmes vivant dans les régions rurales et éloignées

Points saillants sur certains indicateurs de 2011-2012 relatifs à l'accouchement au Canada

Le 4 juillet 2013 — Plus de 17 % des femmes en milieu rural ont voyagé plus de deux heures pour se rendre à l’hôpital où elles devaient accoucher, contre moins de 1 % des femmes en milieu urbain.

C’est ce que révèle un rapport de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) comparant l’expérience de l’accouchement et les résultats à la naissance entre les femmes des régions rurales et urbaines ayant accouché à l’hôpital. Les différences quant à la taille des bébés et aux taux de naissances prématurées ont aussi été étudiées.

Le rapport Naissances à l’hôpital au Canada : un regard sur les femmes vivant dans les régions rurales et éloignées montre que la distance parcourue par les femmes en milieu rural dépend de leur lieu de résidence. Par exemple, plus de 80 % de celles vivant dans l’une des régions rurales suivantes ont effectué un trajet de deux heures ou plus : Yukon; Athabasca, Saskatchewan; Burntwood, Manitoba; Keewatin Yatthé, Saskatchewan; et Nunavut.

« L’expérience de l’accouchement en région rurale diffère de celle en région urbaine », affirme Anne McFarlane, vice-présidente, Région de l’Ouest et Initiatives de développement, ICIS. « Les planificateurs du système de santé doivent comprendre ces différences pour aider les mères et les bébés partout au Canada à obtenir les meilleurs résultats possible. »

Le type de dispensateurs de soins pratiquant l’accouchement varie

Lors de l’accouchement, les femmes des régions rurales étaient plus susceptibles que celles des régions urbaines d’être assistées par un médecin de famille et moins susceptibles d’être assistées par un obstétricien-gynécologue ou une sage-femme.

On a aussi observé des différences quant au type de dispensateur pratiquant les césariennes. Les femmes en milieu rural étaient 13 fois plus susceptibles que celles en région urbaine d’être prises en charge par un médecin de famille ou un chirurgien généraliste en cas de césarienne. À l’inverse, presque toutes les césariennes ont été pratiquées par un obstétricien-gynécologue chez les femmes des régions urbaines, comparativement à 75 % chez les femmes des régions rurales.

Les bébés de mères vivant en région rurale et urbaine ont généralement des résultats comparables

Les bébés nés de mères vivant en région rurale étaient plus susceptibles d’être grands pour leur âge gestationnel et moins susceptibles d’être petits pour leur âge gestationnel. Un poids élevé peut prolonger l’accouchement et augmenter les risques de césarienne, tandis qu’un faible poids peut entraîner des complications pour le bébé.

Les taux de naissances prématurées (avant la 37e semaine de gestation) étaient similaires en région rurale et urbaine. Cependant, les femmes des régions rurales ayant accouché dans un hôpital en milieu urbain étaient trois fois plus susceptibles d’accoucher avant terme que celles ayant accouché dans un hôpital en milieu rural.

« Le dépistage efficace des grossesses à risque en région rurale et éloignée et l’orientation des femmes concernées vers des hôpitaux spécialisés en milieu urbain pourraient expliquer ce nombre élevé de naissances prématurées », explique Cecile Hunt, présidente-directrice générale de la région sanitaire Prince Albert Parkland. « Le système est efficace et c’est encourageant. Les bébés ont des résultats comparables, peu importe leur lieu de naissance. Les résultats du rapport de l’ICIS aideront davantage les planificateurs à s’assurer que les besoins des femmes en région rurale et éloignée sont satisfaits. »

Autres données de l’ICIS sur la grossesse, l’accouchement et les nouveau-nés

  • Près de 373 000 bébés sont nés à l’hôpital en 2011-2012. Ce nombre est stable depuis les cinq dernières années, mais représente une légère hausse par rapport à 2010-2011.
  • Le taux de césariennes primaires à l’échelle canadienne est demeuré stable à 18 % en 2011-2012, mais continue de varier d’une province à l’autre. La Colombie-Britannique (22 %) et Terre-Neuve-et-Labrador (21 %) ont encore affiché les taux les plus élevés, et le Manitoba (14 %) et le Québec (15 %), les taux les plus faibles.
  • Le taux de césariennes primaires était plus élevé chez les femmes de 35 ans et plus (22 %) que chez celles de moins de 35 ans (17 %).
  • En 2011-2012, 8 % des bébés sont nés avant terme. Ce taux est stable depuis six ans.

Visitez la section Statistiques éclair du site Web de l’ICIS pour tous les détails.

Relations avec les médias : media@icis.ca

Benoit Laplante
613-694-6603
Cell. : 613-725-4076


Pour obtenir un document de l'ICIS dans un format de remplacement, remplissez le formulaire de demande d’accès sur le site de l'ICIS.