Tendances liées au prélèvement et à la greffe

Printer-friendly version

Tendances liées au prélèvement et à la greffe

Tel que l'indique la figure 5 dans la section précédente, la majorité des organes prélevés sont greffés. La figure 6 présente une répartition plus poussée du pourcentage d'organes greffés parmi les organes prélevés. Dans presque tous les cas (87 %, n = 5 040), 100 % des organes prélevés ont été greffés. Étant donné la grande amplitude de différence entre cette catégorie et les pourcentages restants, une échelle logarithmique est utilisée pour présenter toute la répartition. Lorsque tous les organes n’ont pas été transplantés, on a utilisé, dans la grande majorité des cas, au moins 50 % des organes prélevés. Seuls quelques cas affichaient des proportions inférieures d'organes greffés.

Les données sur les prélèvements mettent en évidence deux tendances (figure 7). Le pourcentage de donneurs chez qui on a prélevé deux organes et plus a en moyenne augmenté entre 1991 et 2004. Cette hausse est la plus marquée chez les donneurs de quatre organes. Par comparaison, les prélèvements d'un seul organe ont connu une chute considérable, passant d'environ 25 % en 1991 à moins de 15 % en 2004. Il est également intéressant de remarquer que la variation d'une année à l'autre est très minime. Malgré la dispersion apparente des points, la variation réelle de chacune des droites de tendance ne dépasse que rarement 5 % pour chaque année étudiée.

Dans la figure 8, les tendances relatives au nombre moyen d'organes prélevés et au pourcentage de donneurs desquels au moins un organe prélevé n'a pas été greffé sont présentées sur le même graphique. La proportion de cas pour lesquels tous les organes n’ont pas été greffés ne dépasse jamais 30 % pour toutes les années. La hausse apparente dans la non-utilisation d'organes au milieu des années 1990 correspond à la hausse du nombre moyen d'organes prélevés, ce qui indique peut-être que les efforts accrus de prélèvements ne se sont pas toujours traduits par des greffes. Depuis, le nombre d’organes prélevés semble s’être stabilisé à environ 2,4 organes par donneur. Cependant, le nombre d’organes non utilisés a également chuté pour atteindre environ 10 %, ce qui indique que l’augmentation du nombre de prélèvements était accompagnée d’une meilleure gestion et d’une meilleure utilisation des organes.

Pour obtenir un document de l'ICIS dans un format de remplacement, remplissez le formulaire de demande d’accès sur le site de l'ICIS.