Sauter au sous-navigation

Mesure des préjudices 

Dans quelle mesure les hôpitaux sont-ils sécuritaires au Canada? L’ICIS, pour répondre à cette question, a travaillé en partenariat avec l’Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP).

Nous nous sommes entretenus avec des représentantes des 2 organismes — Tracy Johnson, directrice, Analyse  du système de santé et Questions émergentes, ICIS, et Kira Leeb, directrice, Performance du système de santé, ICIS, ainsi que Sandi Kossey, directrice principale, partenariats stratégiques et mesures prioritaires, ICSP — au sujet de leur travail de collaboration.

L’ICSP ayant pour mandat d’assurer des soins plus sécuritaires au Canada, nous étions ravis de nous associer à l’ICIS pour réaliser cet important travail en vue d’apporter des améliorations concrètes. Nos rôles complémentaires ont consolidé la force et la crédibilité de notre partenariat. Nous avons travaillé en tandem.

Sandi Kossey, ICSP

Quels sont les changements?

Jusqu’ici, aucune mesure globale unique ne permettait de brosser un portrait général de la sécurité des patients dans les hôpitaux canadiens. Il tombait sous le sens de combiner l’expertise de l’ICIS au chapitre de la mesure et l’engagement de l’ICSP à renforcer la sécurité. Par ailleurs, nous avons fait appel à des experts de la sécurité des patients de différentes régions du Canada qui nous ont fourni des conseils sur ce qui devrait être mesuré. Notre collaboration a mené à une mesure comprenant 31 types d’événements qui, selon les cliniciens, seraient évitables.

On accorde beaucoup d’attention au travail soutenu des équipes de soins pour assurer la sécurité des patients. Nous concentrons nos efforts sur la diffusion de données et d’information de qualité, pour aider les personnes qui offrent et gèrent les soins hospitaliers à cerner les domaines d’amélioration.

Tracy Johnson, ICIS

Parlons du rapport.

Le rapport Mesure des préjudices subis par les patients dans les hôpitaux canadiens (PDF) a été intentionnellement publié pendant la Semaine nationale de la sécurité des patients, en octobre 2016. Il présente une nouvelle mesure servant à suivre les variations dans la sécurité des patients en soins de courte durée et donne un aperçu de la situation au Canada (à l’exception du Québec). De plus, l’ICSP a joint au rapport la Ressource d’amélioration pour les préjudices à l’hôpital, qui met en lumière les pratiques fondées sur des données probantes. Cet outil contient des renseignements généraux sur la sécurité des patients ainsi que des ressources d’amélioration de la qualité, des conseils sur l’utilisation de la mesure et des ressources propres à chacun des 31 événements préjudiciables.

Qu’est-ce qu’un indicateur global?

En général, nous créons des indicateurs qui portent sur une seule affection et qui concernent un secteur de soins précis, comme les infections du site opératoire. Dans ce cas-ci, nous avons examiné 31 types d’événements préjudiciables (p. ex. les infections, les chutes, les ulcères de décubitus), tous regroupés en une seule valeur permettant de savoir combien de patients ont subi au moins un événement préjudiciable au cours de leur hospitalisation.

Les patients ont-ils été mis à contribution?

Absolument. Il était important que les patients et les familles, y compris les membres du programme Patients pour la sécurité des patients du Canada qui ont été touchés directement par un préjudice, apportent leurs précieuses perspectives dans cette démarche. Nous voulions qu’ils voient dans les données un reflet de leur expérience et qu’ils participent à la conception du rapport.

Certes, il est impossible de prévenir tous les préjudices; mais cette collaboration permettra de s’approcher de cet objectif. Il sera utile, à mesure que nous effectuerons le suivi du travail d’amélioration, de mesurer ensemble la fréquence des événements préjudiciables à partir des données et de bien orienter le soutien et les ressources.

Kira Leeb, ICIS