Sauter au sous-navigation

Intervention conjointe

Chaque jour, environ 13 Canadiens sont hospitalisés en raison d’une intoxication aux opioïdes. En partenariat avec des organismes de santé nationaux, l’ICIS travaille à résoudre cette crise en jouant un rôle prépondérant dans la surveillance de l’utilisation de médicaments et d’autres substances.

Nous nous sommes entretenus avec 3 collaborateurs au sujet des travaux effectués : Paul Sajan, gestionnaire, Abus de médicaments d’ordonnance, ICIS; Matthew Young, analyste principal, Recherche et politiques, Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances (CCDUS); et Jessica Halverson, directrice, Centre pour l’infrastructure en santé publique, Agence de la santé publique du Canada (ASPC).

Participants au Sommet sur les opioïdes tenu le 19 novembre 2016 (cliquez pour élargir l’image).

L’Agence de la santé publique du Canada intensifie sa surveillance liée aux opioïdes. Pour y parvenir efficacement, elle doit s’appuyer sur de solides partenariats. Les données comparatives jouent un rôle critique dans la surveillance de la crise des opioïdes, et l’ICIS est un collaborateur précieux qui facilite grandement cette démarche.

Jessica Halverson, ASPC

Quelle forme la collaboration des experts prend-elle?

En novembre 2016, les ministres de la Santé du Canada et de l’Ontario ont coprésidé une conférence et un sommet sur les opioïdes à l’échelle nationale. Ils ont dirigé une discussion sur les moyens de contrer les préjudices liés aux opioïdes au Canada. L’ICIS a été invité à signer une déclaration commune, s’engageant par le fait même à participer à plusieurs activités pour résoudre la crise des opioïdes. Les organisateurs du sommet sont à élaborer un plan d’action commun pour le Canada.

Que savons-nous?

En partenariat avec le CCDUS, l’ICIS a publié tout juste avant le sommet son premier rapport sur l’abus de médicaments d’ordonnance (PDF). Ce rapport fait état des hospitalisations et des visites au service d’urgence liées à une intoxication aux opioïdes. Bien que les préjudices associés aux opioïdes touchent tous les groupes d’âge, le taux d’hospitalisations le plus élevé est observé chez les personnes âgées, tandis la hausse la plus marquée du taux d’hospitalisations est observée chez les 15 à 24 ans.

Il s’agit d’un partenariat très fructueux. Le CCDUS apporte son expertise quant au contenu, et l’ICIS met à profit sa connaissance des données. Lorsque les dispensateurs de soins ont l’information dont ils ont besoin, ils sont en mesure de mieux cibler les programmes et les services.

Matthew Young, CCDUS

Quelles sont les autres interventions?

L’ICIS, en vue de combler des lacunes importantes dans les données comparables sur les décès, a établi un nouveau partenariat avec l’ASPC, les représentants de la santé publique des provinces et territoires, les coroners en chef et les médecins légistes en chef. En mars dernier, les parties se sont réunies pour établir un consensus sur une définition nationale du décès lié aux opioïdes. Au fil du temps, l’uniformisation des activités de déclaration améliorera la qualité des données recueillies et enrichira l’ensemble de données probantes sur l’utilisation des opioïdes et les préjudices qui y sont associés. De plus, l’ICIS transmet maintenant au ministère ontarien des données hebdomadaires sur les visites au service d’urgence liées à une surdose d’opioïdes. Il compte en outre élargir la portée de cette démarche à l’échelle du Canada pour fournir des données encore plus vastes sur cet enjeu de santé publique.

Aucune solution unique ne réglera la crise. Tous les partenaires doivent collaborer pour déterminer comment réduire les préjudices, sensibiliser le public à cet enjeu et assurer la prescription d’opioïdes de manière sécuritaire. De meilleures données nous aideront à mieux comprendre l’utilisation des opioïdes et les risques connexes au Canada.

Paul Sajan, ICIS