Les taux de décès évitables diminuent, mais il reste beaucoup de chemin à faire

Printer-friendly version

Des soins de santé en temps opportun et la prévention des maladies pourraient expliquer cette diminution

Télécharger le rapport : Indicateurs de santé 2012

Le 24 mai 2012 — Selon la toute dernière édition du rapport annuel Indicateurs de santé 2012 produit par l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) et Statistique Canada, le taux de décès évitables a baissé, passant de 373 par 100 000 Canadiens en 1979 à 185 en 2008. Ces décès sont ceux qui peuvent être évités par la prestation de soins de santé opportuns et efficaces et la prévention des maladies. Ce rapport fait état de plus de 40 mesures à l’échelle des régions canadiennes, ce qui comprend une série de nouveaux indicateurs sur la mortalité évitable.

« Les résultats pancanadiens sur les décès évitables nous permettent de déterminer l’incidence des efforts de prévention et celle de l’amélioration des soins de santé », affirme Jeremy Veillard, vice-président, Recherche et Analyse, ICIS.

Selon le rapport, le taux de décès que l’on pourrait éviter en prévenant les maladies et les blessures a diminué de 47 % sur une période de 30 ans. Au Canada, de 1979 à 2008, il est passé de 225 à 119 décès par 100 000 habitants.

Au cours de la même période, le taux de décès qui auraient pu être évités par la prestation de soins de santé opportuns et efficaces est passé de 149 à 66 par 100 000 Canadiens, une baisse de 56 %.

La diminution du nombre de décès évitables entre 1979 et 2008 est principalement attribuable à la baisse de 72 % du nombre de décès résultant de troubles de l’appareil circulatoire, comme les cardiopathies. Or, si le taux de décès des suites de ces maladies n’avait pas changé au cours de la période de 30 ans, la diminution globale du nombre de décès évitables de 50 % qu’on a pu observer aurait plutôt été de 19 %, en raison des baisses attribuables aux autres affections.

« La baisse de certaines causes de mortalité évitable, comme les troubles de l’appareil circulatoire, nous indique que la collaboration entre le système de santé et d’autres secteurs peut donner d’excellents résultats », observe Jeremy Veillard. « Mais le travail ne s’arrête pas là. »

Des variations provinciales et territoriales ont été observées dans les taux et les tendances au fil du temps. Même si les taux de décès évitables ont diminué dans presque toutes les provinces et tous les territoires, certains ont connu une baisse plus marquée que d’autres. Par ailleurs, les provinces qui affichaient les taux de décès évitables les plus faibles en 1979 comptaient parmi celles qui affichaient les taux les plus élevés 30 ans plus tard. La diminution relativement faible de décès des suites d’une blessure en est l’un des principaux facteurs.

Selon le rapport Indicateurs de santé 2012, le Canada, parmi les pays du G7, présentait le troisième taux le plus faible de mortalité évitable, après le Japon et la France. Les pratiques exemplaires, à l’échelle nationale et internationale, peuvent donner un aperçu des stratégies fructueuses pour réduire les décès prématurés et cibler les secteurs qui nécessitent un examen approfondi.

Grande variation dans les taux de décès évitables selon le sexe et le revenu

Entre 1979 et 2008, le taux de mortalité évitable chez les hommes a diminué de plus de la moitié (55 %), alors qu’il a baissé de 43 % chez les femmes. Malgré d’importantes réductions au cours des 30 dernières années, les taux de décès évitables chez les hommes sont plus élevés que ceux des femmes. Les troubles de l’appareil circulatoire demeurent la principale cause de décès évitables chez les hommes, et les cancers (p. ex. le cancer du poumon et le cancer du sein), la principale cause chez les femmes.

Les taux de décès évitables varient considérablement selon le groupe socioéconomique (d’après la mesure du quintile de revenu du quartier). Par exemple, les habitants des quartiers les plus défavorisés étaient deux fois plus susceptibles de mourir de causes pouvant être prévenues que ceux des quartiers les plus aisés.

À propos des Indicateurs de santé

Le rapport annuel Indicateurs de santé de l’ICIS, produit en collaboration avec Statistique Canada, présente plus de 40 mesures comparables de la santé et de la performance du système de santé selon la région sanitaire, la province et le territoire. Le rapport présente pour la première fois cette année une section sur la mortalité évitable qui met en évidence l’influence du système de santé sur la santé de la population. De plus, le rapport met de l’avant une série de nouveaux indicateurs liés aux réadmissions en soins de courte durée, qui faciliteront l’évaluation complète des réadmissions chez tous les groupes de patients.

Relations avec les médias : media@icis.ca

Benoit Laplante
613-694-6603
Cell. : 613-725-4076
blaplante@icis.ca

Le rapport ainsi que les figures et le tableau ci-dessous sont disponibles sur le site Web de l’ICIS au www.icis.ca.

À propos de l’ICIS

Fondé en 1994, l'ICIS est un organisme autonome sans but lucratif qui fournit de l'information essentielle sur le système de santé du Canada et sur la santé des Canadiens. Il est financé par les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, et orienté par un Conseil d'administration formé de dirigeants du secteur de la santé de partout au pays. Notre vision est de contribuer à améliorer le système de santé canadien et le bien-être des Canadiens en étant un chef de file de la production d’information impartiale, fiable et comparable qui permet aux dirigeants du domaine de la santé de prendre des décisions mieux éclairées.

Pour obtenir un document de l'ICIS dans un format de remplacement, remplissez le formulaire de demande d’accès sur le site de l'ICIS.