La demande pour les interventions prioritaires continue d’augmenter

Le 27 mars 2014 — L’an dernier, 8 patients sur 10 ont subi une intervention chirurgicale prioritaire dans des délais médicalement acceptables. Cette proportion ne s’est pas améliorée au cours des trois dernières années, selon l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS).

Le nouveau rapport de l’ICIS intitulé Les temps d’attente pour les interventions prioritaires au Canada 2014 porte sur les temps d’attente pour cinq interventions prioritaires : le remplacement de la hanche, le remplacement du genou, la réparation d’une fracture de la hanche, la chirurgie d’une cataracte et la radiothérapie. Il examine tout particulièrement la proportion de patients qui ont reçu ces interventions dans les délais de référence établis en 2005 par le gouvernement fédéral et les provinces.

L’un des principaux enjeux? Plus de Canadiens sont orientés vers ces interventions. En réalité, les médecins canadiens ont continué de répondre à la demande grandissante; ils ont pratiqué de 5 à 17 % plus d’interventions en 2013 qu’au cours des trois années précédentes. Cependant, devant cette hausse de la demande en soins, les provinces peinent de plus en plus à atteindre leur objectif de traiter 90 % des patients dans les délais recommandés. Elles ont en fait réalisé peu de progrès à cet égard, sauf en radiothérapie, où toutes les provinces arrivent maintenant à traiter au moins 90 % des patients dans le délai cible de 28 jours.

« Les provinces font ce qu’elles peuvent pour gérer la hausse de patients qui ont besoin d’une chirurgie. Elles trouvent de nouveaux moyens pour atteindre leurs objectifs », affirme Kathleen Morris, directrice, Analyse du système de santé et Questions émergentes, ICIS. « Par contre, vu la demande grandissante, les gouvernements et les hôpitaux devront innover s’ils veulent que les patients soient traités dans les délais recommandés ».

Les provinces lancent de nouvelles initiatives sur les temps d’attente

Des initiatives novatrices pour l’amélioration des temps d’attente ont vu le jour au pays. En voici quelques exemples :

  • L’initiative du Manitoba sur le cheminement des patients atteints du cancer vise à améliorer l’expérience des patients. Elle leur permet d’obtenir un diagnostic rapide et un traitement en 60 jours ou moins.
  • À Terre-Neuve-et-Labrador, un système centralisé d’orientation orthopédique permet de distribuer la
    charge de travail de façon égale entre les médecins et de réduire les longues files d’attente.
  • La Colombie-Britannique a lancé une initiative périopératoire sur tout son territoire. Cette initiative, basée sur des pratiques et processus éprouvés, vise à améliorer l’efficacité des soins et la sécurité des patients qui subissent une chirurgie.

Progrès dans le traitement du cancer

Pour la première fois, toutes les provinces ont déclaré avoir atteint ou dépassé l’objectif de traiter 90 % des patients en radiothérapie dans un délai de 28 jours. Cette importante réussite apporte un grand soulagement aux personnes qui ont besoin de ce traitement vital. Au Canada, 97 % des patients en attente d’une radiothérapie l’ont reçue dans un délai médicalement acceptable.

Les provinces dirigent maintenant leur attention vers d’autres types de cancer. Le rapport de cette année en tient compte en présentant pour la première fois des données sur les temps d’attente pour une chirurgie liée à cinq types de cancer : les cancers du sein, de la prostate, du poumon et de la vessie, ainsi que le cancer colorectal. Toutefois, des délais de référence n’ont pas encore été établis pour ces interventions. Cette première année de données sur les temps d’attente pour une chirurgie liée au cancer ne fournit aux établissements de santé et aux décideurs qu’un mince aperçu de la performance de notre système de santé. Nous devrons recueillir des données sur plusieurs années avant de pouvoir réaliser des analyses. Les provinces se préparent aussi à déclarer des données sur les temps d’attente pour la chimiothérapie par voie intraveineuse dans les prochaines années.

Les graphiques interactifs de l’ICIS contiennent les données provinciales de nombreuses années et permettent donc de suivre les progrès réalisés dans la réduction des temps d’attente.