Les Canadiens continuent d’attendre pour des soins

Printer-friendly version

L’attente persiste dans tout le système de santé malgré des améliorations

Les soins de santé au Canada, 2012 : regard sur les temps d’attente

Les soins de santé au Canada, 2012 : ligne du temps

Les personnes âgées et les niveaux de soins alternatifs : mettre à profit nos connaissances

 

29 novembre 2012 — S’il y a eu du progrès dans certains domaines — surtout celui des chirurgies prioritaires — il reste que les gens continuent d’attendre à presque toutes les étapes de leur parcours dans le système de santé, selon deux nouveaux rapports de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS).

Le premier, Les soins de santé au Canada 2012 : regard sur les temps d’attente, relate l’expérience des gens liée à l’accès aux soins dans l’ensemble du système de santé. Le deuxième, Les personnes âgées et les niveaux de soins alternatifs, traite des patients hospitalisés en attente de soins de longue durée ou de services à domicile.

Attendre pour des soins

Selon les données de l’ICIS, une personne sur dix qui arrive à l’urgence y reste au moins huit heures. La durée moyenne du séjour dépasse quatre heures.

Le Canada, comparé à l’Australie, au Royaume-Uni ou aux États‑Unis, présente le pourcentage le plus élevé de patients qui attendent au moins quatre heures à l’urgence avant d’être traités.

Le patient attend non seulement à l’urgence, mais aussi tout au long de son cheminement. L’attente commence dès les soins primaires : plus de la moitié des Canadiens interrogés ont déclaré ne pas réussir à obtenir un rendez-vous avec un médecin de famille le jour même ou le lendemain; or seulement 15 % jugent cette attente inacceptable.

L’insatisfaction est presque deux fois plus élevée lorsqu’il s’agit d’attendre pour consulter un spécialiste : 29 % des patients trouvent l’attente inacceptable, 14 % d’entre eux ayant attendu plus de trois mois avant d’obtenir un rendez-vous.

En ce qui concerne les chirurgies non urgentes, 25 % des personnes ont déclaré avoir attendu quatre mois ou plus. Du côté des domaines prioritaires (radiothérapie et chirurgies cardiaques, de la hanche, du genou et des cataractes), les temps d’attente ont baissé depuis 2004-2005, surtout en raison d’investissements dans ces domaines.

Attendre avant de quitter les soins de courte durée

Certaines personnes attendent dans un lit d’hôpital leur transfert dans un milieu plus approprié : les soins de longue durée ou les services à domicile, par exemple. Chaque jour, environ 5 % des patients qui occupent un lit en soins de courte durée au pays attendent un transfert. Parmi eux, un sur cinq attend plus d’un mois, la plupart âgés de 65 ans ou plus. Ceux atteints de démence ou qui reçoivent des soins palliatifs sont parmi les plus susceptibles d’attendre.

Selon le rapport sur les niveaux de soins alternatifs, plus de la moitié (54 %) des aînés qui ont attendu d’être soignés dans un milieu plus approprié ont été transférés vers un établissement de soins de longue durée. Le temps d’attente moyen pour un transfert vers un centre d’hébergement s’élevait à près d’un mois (26 jours). L’attente était moins longue, environ une semaine, pour les personnes orientées vers les services à domicile à la sortie.

Améliorer les temps d’attente dans l’ensemble du système de santé

« Les temps d’attente se sont améliorés pour certains types de soins, mais ce n’est pas encore suffisant », indique John Wright, président-directeur général de l’ICIS. « Des stratégies pourraient avoir d’importantes répercussions : il s’agirait de revoir l’organisation des soins, d’examiner le cheminement des patients entre les milieux de soins et de mettre en œuvre à plus grande échelle des projets pilotes efficaces. »

Le rapport Les soins de santé au Canada 2012 met en lumière plusieurs initiatives qui ont entraîné une réduction des temps d’attente du fait qu’elles mettaient l’accent sur les incitatifs financiers, les ressources humaines et la gestion de l’information. On peut penser par exemple au modèle de rendez-vous accéléré mis en œuvre en Colombie-Britannique, en Saskatchewan et au Nouveau-Brunswick, ainsi qu’au rôle de l’infirmière clinicienne chef au Yukon.

 

 

Personnes-ressources

 

Benoit Laplante
613-694-6603
Cellulaire : 613-725-4076
media@icis.ca

 

Figures

Figure 1

Comparaison entre l’attente pour voir un spécialiste et l’attente pour voir un médecin de famille, Canada

 

Pour obtenir un document de l'ICIS dans un format de remplacement, remplissez le formulaire de demande d’accès sur le site de l'ICIS.