Les arthroplasties, un enjeu grandissant

Le 19 mars 2013 — En 2012, plus de 538 000 Canadiens ont subi une intervention chirurgicale prioritaire ou un traitement spécialisé. Selon l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), cette hausse d’environ 21 000 interventions par rapport à 2011 est la plus élevée jamais enregistrée au Canada.

Ces données tirées du nouveau rapport annuel de l’ICIS Les temps d’attente pour les interventions prioritaires au Canada, 2013 révèlent aussi qu’il n’y a pas eu de réduction des temps d’attente en 2012, malgré la hausse du nombre d’interventions prioritaires. Le rapport présente les tendances sur trois ans à l’échelle pancanadienne.

« Les hôpitaux au Canada pratiquent de plus en plus d’interventions pour un plus grand nombre de patients, affirme Jeremy Veillard, vice-président, Recherche et Analyse, ICIS. Or, cette hausse du volume de chirurgies complique les efforts visant à réduire le temps d’attente pour chaque patient. »

En 2004, les gouvernements se sont engagés à réduire les temps d’attente et à établir des délais de référence dans cinq domaines prioritaires, soit la radiothérapie, le pontage aortocoronarien, les arthroplasties de la hanche et du genou, les réparations d’une fracture de la hanche et les chirurgies de la cataracte.

S’il est souhaitable que tous les patients reçoivent des soins dans les délais fixés, cela peut cependant s’avérer impossible ou irréaliste. Il serait raisonnable de viser le respect de ces délais dans 90 % des cas. Selon le rapport de l’ICIS, à l’approche de la fin du plan stratégique décennal prévue en 2014, la radiothérapie est le seul domaine prioritaire pour lequel l’objectif de 90 % a été dépassé. En effet, 97 % des patients ont reçu des soins dans le délai recommandé de 28 jours.

La hausse de la demande pour des arthroplasties est particulièrement problématique

Ces dernières années, une part importante des investissements a été allouée aux arthroplasties.
Le nombre d’arthroplasties de la hanche et du genou pratiquées au Canada a augmenté de 15 % entre 2010 et 2012, ce qui a coûté plus de 100 millions de dollars au système de santé — 40 millions de dollars pour les arthroplasties de la hanche et 61 millions de dollars pour celles du genou. Or, le pourcentage de patients ayant subi une arthroplastie dans le délai de référence ne s’est pas amélioré. En 2012, 80 % des patients ont subi une arthroplastie de la hanche dans le délai de référence, comparativement à 84 % en 2010. Le pourcentage de patients ayant subi une arthroplastie au genou dans les délais de référence a également diminué au cours de cette période, passant de 79 à 75 %.

Les temps d’attente pour ces interventions varient grandement d’une province à l’autre. Sur une période de trois ans, plus de la moitié des provinces (Île-du-Prince-Édouard, Nouveau-Brunswick, Québec, Manitoba, Colombie-Britannique et Saskatchewan) ont enregistré une baisse du pourcentage des interventions pratiquées dans les délais de référence.

Même si le plan décennal prend fin bientôt, les provinces continuent de s’efforcer à exercer un meilleur suivi des temps d’attente. Elles élaborent notamment des définitions communes pour mesurer les temps d’attente pour une chirurgie du cancer et des traitements de chimiothérapie.

Parmi les initiatives provinciales visant la réduction continue des temps d’attente, mentionnons une gestion plus serrée des listes d’attente, les modèles de centralisation des évaluations des patients,
ainsi que la prestation simplifiée des soins, ce qui comprend l’utilisation optimale des salles d’opération.

Les graphiques interactifs de l’ICIS (http://tempsdattente.icis.ca/) contiennent les données provinciales de nombreuses années et permettent donc de suivre les progrès réalisés dans la réduction des temps d’attente.

Relations avec les médias :

media@icis.ca

Benoit Laplante
613-694-6603
Cell. : 613-725-4076