Efforts conjoints de lutte contre la crise complexe des opioïdes

Le gouvernement fédéral estime que les opioïdes représentent un problème complexe de santé et de société aux conséquences dévastatrices pour les personnes qui en consomment, leurs familles et les collectivités.

En 2015, Santé Canada s’est engagé à verser plus de 4 millions de dollars à l’ICIS sur une période de 5 ans pour l’élaboration d’un programme national de surveillance de l’abus de médicaments d’ordonnance.

Le mois dernier, en partenariat avec le Centre canadien de lutte contre les toxicomanies, nous avons publié notre premier rapport sur l’abus de médicaments d’ordonnance. Selon ce rapport, intitulé Hospitalisations et visites au service d’urgence liées à une intoxication aux opioïdes au Canada, 13 Canadiens sont hospitalisés chaque jour en raison d’une intoxication aux opioïdes. Bien que tous les groupes d’âge soient touchés par des préjudices associés à l’utilisation d’opioïdes, le taux d’hospitalisations est demeuré le plus élevé chez les personnes âgées au cours de la période à l’étude. Il a cependant augmenté plus rapidement chez les jeunes de 15 à 24 ans que chez les autres groupes d’âge.

L’ICIS a réaffirmé sa volonté de lutter contre la crise des opioïdes lors de la Conférence et du Sommet sur les opioïdes qui ont eu lieu à Ottawa. L’événement de 2 jours visait à cibler des mesures permettant de faire face à la hausse des préjudices liés aux opioïdes au Canada. Le président-directeur général de l’ICIS, David O’Toole, a signé une entente en vertu de laquelle l’ICIS s’engage à entreprendre plusieurs activités de lutte contre la crise des opioïdes. 

Le président-directeur général de l’ICIS, David O’Toole, signe une déclaration conjointe sur les mesures visant à remédier à la crise des opioïdes.

Le président-directeur général de l’ICIS, David O’Toole, signe une déclaration conjointe sur les mesures visant à remédier à la crise des opioïdes.

Énoncé d’engagement

L’ICIS s’engage à entreprendre les activités suivantes :

Continuer, de façon prioritaire, à contribuer à l’élaboration d’un système pancanadien de surveillance des prescriptions d’opioïdes et aux données probantes nationales sur l’usage d’opioïdes et les méfaits associés. À cette fin :

D’ici novembre 2017 : Élaborer des mesures principales sur la prévalence, la consommation et les méfaits de l’abus d’opioïdes ainsi que faire des comptes rendus publics, sur une base continue, sur le nombre :

  • de patients recevant des opioïdes par 1 000 habitants;
  • de doses thérapeutiques quotidiennes (DTQ) d’opioïdes par 1 000 habitants;
  • d’admissions à l’hôpital à la suite d’un empoisonnement aux opioïdes;
  • de visite aux services des urgences à la suite d’un empoisonnement aux opioïdes.

D’ici août 2017 : Collaborer avec les coroners en chef et médecins légistes des provinces et territoires afin de publier des recommandations pour les enquêtes et les déclarations de décès liés à la drogue. Ces recommandations amélioreront la qualité de la collecte de données et accroîtront les données probantes canadiennes sur l’utilisation et les méfaits des opioïdes.

D’ici novembre 2018 : Commencer à publier des rapports de façon continue sur le nombre de décès liés aux opioïdes.

Présidé par Jane Philpott, ministre fédérale de la Santé, et Eric Hoskins, ministre de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario, l’événement a réuni des représentants de Santé Canada, de plusieurs provinces et territoires, d’organismes et d’associations de soins de santé, de même que des personnes et des familles directement touchées par l’utilisation d’opioïdes. Bon nombre de ces intervenants ont eux aussi signé une déclaration dans laquelle ils s’engagent à lutter contre la crise des opioïdes dès maintenant et pour les 2 prochaines années.

« Il n’y a pas de solution unique à la crise des opioïdes. Pour faire face au problème, une collaboration à l’échelle des intervenants est nécessaire et visera à réduire le nombre de préjudices, à sensibiliser la population et à prescrire des opioïdes de façon sécuritaire », affirme Paul Sajan, gestionnaire, Abus de médicaments d’ordonnance, ICIS. « Nous comptons bien travailler avec nos partenaires provinciaux et d’autres organisations pour fournir des données qui permettront de mieux comprendre l’utilisation des opioïdes au Canada et de prévenir les préjudices qui en découlent. »

Notre prochain rapport sur l’abus de médicaments d’ordonnance sera axé sur la consommation. Pour plus de renseignements, consultez la page Web du Projet sur l’abus de médicaments d’ordonnance.