Les données orientent les décisions cliniques vers les traitements dont les patients ont vraiment besoin

février 2017

Il y a quelques années, le centre des sciences de la santé mentale Ontario Shores — un établissement spécialisé dans les services de santé mentale et de toxicomanie — a décidé d’informatiser ses dossiers médicaux dans le but d’améliorer la prestation des soins aux patients. L’ICIS est fier d’avoir appuyé ces efforts en facilitant l’intégration et l’utilisation de l’outil d’évaluation des résidents en santé mentale RAI-MH.

L’outil RAI-MH sert à évaluer les besoins et les forces d’un patient hospitalisé dans un établissement de santé mentale. Grâce à l’ICIS, les évaluations RAI ont pu être intégrées à la stratégie du centre Ontario Shores pour les patients hospitalisés ou non, de sorte que les dossiers papier sont maintenant chose du passé.

Les efforts déployés par le centre Ontario Shores ont été dûment reconnus : le centre est le premier organisme de soins de santé au pays à recevoir le prix d’excellence Nicholas E. Davis de la Healthcare Information and Management Systems Society (HIMSS).

Les données au service de la prise de décisions

Selon Jennifer Berger, conseillère, Réadaptation et Santé mentale à l’ICIS, voilà « un exemple d’établissement qui utilise à fond l’évaluation RAI, du point de service à la haute direction. Le RAI a ceci de particulier qu’il s’utilise en temps réel et par voie électronique; le plan de soins peut alors être utilisé sur-le-champ. En plus, le modèle est interdisciplinaire, donc tout le monde y a accès. »

Grâce à ce système qui optimise les applications de l’outil RAI-MH au point de service, ajoute Jennifer Berger, les professionnels de la santé peuvent

  • élaborer, ajuster et mettre en œuvre immédiatement les plans de soins;
  • utiliser les guides d’analyse par domaine d’intervention (GAD) pour cerner les points à améliorer et guider les interventions éventuelles;
  • utiliser les mesures des résultats pour résumer dès le départ l’état clinique et fonctionnel de la personne et ensuite suivre les changements au fil du temps de façon quantifiable et objective.

La suite

C’est dans ce même élan, selon Jennifer Berger, que l’Initiative de qualité en santé mentale et en toxicomanie a vu le jour. Elle vise à établir de nouveaux liens entre les organisations semblables et les intervenants du système, notamment l’ICIS, et à favoriser l’échange de connaissances.

L’initiative a permis, pour la première fois, à des établissements spécialisés en santé mentale de se réunir pour définir, mesurer et faire connaître leurs résultats. Grâce à cette collaboration, tous les hôpitaux spécialisés en santé mentale de l’Ontario sont désormais en phase avec les initiatives provinciales et nationales de mesure des données, et les données sont recueillies par l’intermédiaire du Système d’information ontarien sur la santé mentale (SIOSM) de l’ICIS.

Pour en savoir plus

Voyez la vidéo Making a Difference at Ontario Shores, apprenez-en davantage sur les services de santé mentale aux patients hospitalisés et découvrez les rapports et analyses rédigés à partir des données du SIOSM.