Les taux d’hospitalisations et les politiques sur l’alcool varient considérablement au Canada

Juillet et août 2017

Enfin le beau temps! Pour nombre de Canadiens, il est difficile d’envisager un long week-end estival sans alcool. Le rapport Méfaits de l’alcool au Canada : hospitalisations entièrement attribuables à l’alcool et stratégies de réduction des méfaits de l’ICIS explore les hospitalisations qui sont entièrement dues à l’alcool. L’an dernier, selon ce rapport, plus de 77 000 hospitalisations étaient entièrement attribuables aux méfaits de l’alcool, notamment une intoxication, un sevrage ou une affection du foie.

Variation des taux d’hospitalisations à l’échelle du pays

Les taux d’hospitalisations ont varié considérablement au Canada en 2015-2016. Les provinces de l’Est ont généralement affiché des taux d’hospitalisations inférieurs à ceux des provinces de l’Ouest, et les taux des territoires étaient en moyenne supérieurs à ceux des provinces. D’importantes variations régionales (au sein des provinces) ont été observées, plusieurs régions nordiques et éloignées affichant des taux élevés. Pour connaître les taux d’hospitalisations attribuables à l’alcool dans votre région, utilisez l’outil Web Votre système de santé.

Hospitalisations entièrement attribuables à l’alcool

Les taux de vente et de forte consommation d’alcool variaient aussi considérablement dans tout le pays. Une forte consommation correspond à 5 consommations ou plus pour les hommes et à 4 ou plus pour les femmes en une même occasion, au moins une fois par mois au cours d’une année.

Dans l’ensemble, les taux de forte consommation et d’hospitalisations étaient plus élevés chez les hommes que chez les femmes. Le taux était toutefois plus élevé chez les filles que chez les garçons dans le groupe des 10 à 19 ans. Le taux observé chez les personnes des quartiers au revenu le plus faible était au moins 2 fois plus élevé que chez celles des quartiers au revenu le plus élevé.

Près de 3 hospitalisations sur 4 en raison d’affections entièrement attribuables à l’alcool sont causées par des troubles mentaux et du comportement, tels qu’une dépendance ou une intoxication à l’alcool. Près de 3 hospitalisations attribuables à l’alcool sur 4 étaient liées à des troubles de santé mentale ou à des dépendances, notamment les problèmes chroniques liés à la consommation d’alcool, le sevrage alcoolique ou l’intoxication alcoolique.

Les données probantes indiquent qu’un meilleur contrôle gouvernemental de la vente et de la distribution d’alcool conduit généralement à une baisse de la consommation d’alcool et de ses méfaits. Selon le rapport, chaque province affiche des variations régionales significatives au chapitre des méfaits liés à l’alcool, quelle que soit la politique provinciale en vigueur dans chacune des régions.

Une question complexe

« La question des méfaits liés à l’alcool est d’une étonnante complexité, tout comme l’ampleur de ces méfaits » déclare Dana Riley, chef de section, Initiative sur la santé de la population canadienne, ICIS. « L’alcool, par exemple, est à l’origine d’un plus grand nombre d’hospitalisations que les crises cardiaques. Et ce n’est là que la partie visible de l’iceberg. »

Notre nouvel indicateur touche les hospitalisations entièrement attribuables à l’alcool sans tenir compte des visites à l’urgence qui ne mènent pas à une admission à l’hôpital. L’ensemble des méfaits liés à l’alcool va probablement bien au-delà des chiffres compilés dans le rapport.

Selon un récent rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (en anglais seulement), la consommation d’alcool par habitant au Canada est 3,6 fois supérieure à la moyenne mondiale. Toujours selon ce rapport, le Canada est le plus grand consommateur des Amériques, avec une consommation annuelle de 10 litres par habitant comparativement à 9,3 litres aux États-Unis et 7,1 litres au Mexique.

Le nouvel indicateur de l’ICIS aidera à combler les besoins en matière de services, à prendre des mesures visant à réduire les méfaits de l’alcool et à évaluer l’efficacité des politiques régionales.