La coordination des soins est essentielle à la sécurité des patients

Comment améliorer la coordination des soins au Canada?

La sécurité des patients est une source constante de préoccupation. Des règles et des politiques sont en vigueur pour que les patients puissent obtenir de l’aide sans risque de préjudice. 

Cependant, il arrive parfois que des problèmes surviennent et qu’on ne dispose pas de tous les renseignements nécessaires pour prendre une décision éclairée. Ces situations sont souvent attribuables à un manque de coordination entre les différents dispensateurs de soins du patient. 

Pour une meilleure coordination des soins au Canada

Les Résultats du Canada : Enquête internationale 2015 du Fonds du Commonwealth sur les politiques de santé auprès des médecins de soins primaires font ressortir les impressions et les expériences des médecins de famille canadiens dans nos systèmes de santé. Selon l’Enquête, des améliorations importantes ont été réalisées au cours des dernières années, mais le Canada arrive toujours derrière les autres pays dans certains domaines.

Dans l’Enquête, 13 questions portaient sur la coordination des soins. Selon les réponses des médecins de famille canadiens, le pays se situe : 

  • sous la moyenne internationale pour 6 des 13 indicateurs; 
  • à égalité avec la moyenne internationale pour un indicateur; 
  • au-dessus de la moyenne pour les 6 autres indicateurs.

À titre d’exemple, 71 % des médecins de famille canadiens ont indiqué qu’ils ne reçoivent pas toujours les renseignements pertinents sur leurs patients après que ces derniers ont consulté un spécialiste. Bien que ce pourcentage soit légèrement au-dessus de la moyenne des pays ayant participé à l’Enquête, il n’est pas idéal si l’on considère les conséquences que cela peut avoir sur les patients dont les médicaments ou le plan de traitement ont été changés.

De plus, 22 % des médecins de soins primaires canadiens ont dit qu’après qu’un patient a obtenu son congé de l’hôpital, il faut plus de 15 jours, en moyenne, avant d’obtenir les renseignements nécessaires pour continuer à gérer adéquatement les soins du patient. Il s’agit du plus long délai observé parmi les pays sondés.

Par ailleurs, la moitié des médecins canadiens ont déclaré qu’au moins un de leurs patients avait connu des difficultés au cours du dernier mois parce que les soins avaient été mal coordonnés entre les divers établissements ou dispensateurs.

Comment peut-on améliorer la situation?

L’Enquête montre des améliorations importantes dans 2 domaines qui favorisent la coordination des soins :

  • l’utilisation des dossiers médicaux électroniques (DME) 
  • l’adoption de modèles de soins primaires financés par le secteur public 

L’utilisation des DME parmi les médecins de famille au Canada a doublé au cours des 6 dernières années. Cela dit, les technologies que l’on utilise pour consigner les antécédents médicaux des patients et pour gérer leurs plans de traitement fonctionnent toujours en vase clos. Les provinces et territoires du Canada s’efforcent donc d’aller de l’avant et de faire en sorte que les technologies utilisées par les différents dispensateurs de soins permettent d’échanger de l’information et de faire le suivi des patients. En améliorant le transfert de l’information, les médecins et les dispensateurs de soins peuvent prendre de meilleures décisions pour les patients, réduire le risque d’erreurs médicales et faire des gains d’efficacité en évitant notamment les erreurs d’ordonnance et les examens inutiles. Faciliter les communications électroniques sécurisées entre les dispensateurs de soins et les patients est une autre priorité. 

Pour ce qui est des modèles financés par le secteur public, plusieurs provinces ont engagé des réformes de soins primaires visant à améliorer les soins de première ligne aux patients. Dans ces modèles, les médecins de famille font équipe avec les infirmières et d’autres dispensateurs de soins et offrent souvent aux patients un accès garanti aux soins après les heures de travail. Les médecins qui travaillent dans ces modèles ont obtenu de meilleurs résultats aux questions de l’Enquête en ce qui concerne l’accès aux soins le soir et la fin de semaine, la coordination des soins avec d’autres dispensateurs de soins et l’utilisation du DME. Ces modèles sont donc intéressants et devraient être étudiés dans l’avenir.

Voyez les résultats du Canada à l’Enquête du Commonwealth 2015.