Mieux comprendre le cancer : l’ICIS explore le cheminement du patient

Printer-friendly version
Nouvelles données sur les temps d’attente pour une chirurgie liée au cancer

Le cancer est la première cause de décès au Canada. Chaque jour, 500 Canadiens reçoivent un diagnostic de cancer et 200 meurent de cette maladie. Le nombre de nouveaux cas devrait par ailleurs augmenter en raison du vieillissement de la population.

L’ICIS travaille à approfondir les connaissances sur le cancer et l’incidence de cette maladie sur le système de santé au Canada. « L’ICIS souhaite offrir une perspective pancanadienne des services de traitement du cancer — il est d’ailleurs bien placé pour le faire, puisque ses bases de données sont activement alimentées par les provinces et les territoires », signale Anne McFarlane, vice-présidente, Région de l’Ouest et Initiatives de développement. « L’ICIS, ajoute-t-elle, est également en mesure de partager ces données avec les responsables de l’amélioration des soins et des services offerts aux patients atteints du cancer et à leurs familles »

Nouvelles idées, nouvelle orientation

En 2011, l’ICIS a formé un groupe de travail interne chargé de mettre en commun l’information sur les projets et initiatives liés au cancer. Le groupe a pour objectif de tenir tous les secteurs de l’ICIS au courant des nouveautés en matière de données, de méthodologies et de codification, de favoriser la collaboration et d’offrir une occasion de mettre de l’avant de nouvelles idées d’initiatives.

Trois ans plus tard, les efforts du groupe ont porté des fruits.

Parmi les réalisations notables, mentionnons la conclusion d’un protocole d’entente avec le Partenariat canadien contre le cancer (PCCC) qui permettra à l’ICIS d’élaborer des indicateurs essentiels, et de mieux comprendre les questions relatives au traitement du cancer et au contrôle de la maladie.

L’ICIS collabore également avec Statistique Canada et les responsables des registres du cancer pour acquérir les données sur le diagnostic et la stadification du Registre canadien du cancer.

L’ICIS, depuis quelques années, produit un nombre croissant de rapports sur les données liées au cancer. Citons à ce titre les rapports Chirurgies pour le traitement du cancer du sein au Canada (produit en partenariat avec le PCCC) et Soins hospitaliers en fin de vie pour les patients atteints du cancer.

La portée de nos rapports sur le cancer s’est également élargie. Le rapport Analyse comparative du système de santé du Canada : comparaisons internationales, publié par l’ICIS en novembre 2013, présente pour la toute première fois des données provinciales sur le dépistage du cancer, ainsi que les taux de survie et de mortalité liés au cancer.

Notre rapport de mars 2014 sur les temps d’attente pour les interventions prioritaires révèle combien de temps les Canadiens doivent attendre pour subir une chirurgie liée aux cancers du sein, de la prostate, du poumon et de la vessie, ainsi qu’au cancer colorectal. Il s’agit du premier rapport de l’ICIS sur les temps d’attente à présenter ce type de données sur le cancer. Le rapport fait état d’une nouvelle encourageante : 97 % des patients atteints du cancer au Canada qui ont besoin d’une radiothérapie la reçoivent dans le délai mé;dicalement acceptable de 28 jours.

Les résultats, au-delà du système

Tous les efforts déployés ont un même fil conducteur : ils sont axés sur les résultats pour la santé. « Les données que nous recueillons visent à fournir de l’information précieuse sur le cheminement du patient, affirme Mme McFarlane. Notre examen va jusqu’à l’épisode de soins, voire encore plus loin, pour faire la lumière sur les résultats pour la santé, sans nous arrêter au regard habituel axé sur le système. » Elle explique que les dispensateurs de soins et de services pourront ainsi utiliser les données pour comprendre l’état de santé des patients au moment du diagnostic, les services qu’ils reçoivent, ainsi que les liens entre ces facteurs et l’issue de la maladie.

À l’horizon

Quelles sont les étapes à venir pour l’ICIS en matière de données sur le cancer?

Le groupe de travail sur le cancer entame un nouveau programme de travail qui lui demandera d’élargir son champ d’activité. Il sera notamment appelé à explorer de nouvelles possibilités relatives aux banques de données, à publier d’autres articles sur le cancer dans des revues à comité de lecture, à faire le suivi des temps d’attente pour la radiothérapie et la chimiothérapie, à piloter l’élaboration de nouveaux indicateurs, à examiner la question de la satisfaction des patients à l’égard des soins reçus, à lancer une initiative sur les médicaments contre le cancer et à poursuivre la réalisation d’une étude sur le traitement du cancer de la prostate.

« C’est emballant de prendre part à ces travaux en pleine évolution, conclut Mme McFarlane. Les acteurs du système de santé sont déterminés à prodiguer des soins de qualité, et nous croyons que l’ICIS, grâce au champ d’activité élargi de son groupe de travail, sera mieux en mesure de les aider à atteindre leur objectif. »