Maman est contente

DIA Banner image  jan12 (jpg)  fr

Lorsque le conseil d'administration du Winchester District Memorial Hospital a discuté de la planification stratégique de l'hôpital en juin 2006, ses membres ont commencé à se demander si leur établissement pouvait continuer à offrir des soins d'obstétrique, puisque le programme n'était plus avantageux économiquement.

L'hôpital enregistrait de 300 à 350 naissances par année et, comme dans la plupart des régions du pays, la tendance de la natalité était à la baisse à Winchester.

Cependant, lorsqu'ils ont consulté la Base de données sur les congés des patients de l'ICIS et examiné les données indiquant le lieu de résidence des mamans et le lieu où elles avaient accouché, les responsables de Winchester ont découvert que dans le cas de plus de 800 grossesses à faible risque, les accouchements avaient eu lieu dans l'hôpital d'une ville avoisinante, principalement à l'Hôpital d'Ottawa.

« Nous avons donc décidé que si nous arrivions à rapatrier ne serait-ce que 50 % de ces naissances et à ajouter ainsi 400 cas, nous aurions un programme d'obstétrique tout à fait viable dans notre hôpital communautaire », a indiqué l’ancienne présidente-directrice générale, Trudy Reid.

Au même moment, Winchester et d'autres hôpitaux de la région entamaient des pourparlers avec le réseau local d'intégration des services de santé (RLISS) de Champlain relativement à la possibilité de déplacer les grossesses à faible risque des soins tertiaires de l'Hôpital d'Ottawa aux hôpitaux communautaires, afin de réduire la pression exercée sur l'Hôpital d'Ottawa. Le RLISS et le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario ont tous deux appuyé le déplacement des fonds afin que le financement soit attribué là où les mères accouchent.

Doubler le nombre de naissances signifiait que le plan d'agrandissement de l'hôpital devait être modifié en conséquence. Le nouvel établissement a ouvert ses portes en janvier 2009. Néanmoins, sans les données de l’ICIS, la revitalisation du programme d’obstétrique n’aurait pas été possible, car les responsables de l’hôpital n’auraient pu savoir que tant de mères allaient accoucher dans d’autres hôpitaux. 

« Les données, une fois transformées en information, ont joué un rôle capital. Elles ont motivé les décisions », a ajouté Mme Reid.