Longs temps d’attente, soins de qualité et aidants naturels dévoués

DIA image Feb2015 Banner FR (jpg)

Résultats de l’Enquête internationale sur les politiques en matière de santé menée en 2014 par le Fonds du Commonwealth auprès des adultes âgés

Dans le document Résultats du Canada : Enquête internationale de 2014 auprès des adultes âgés sur les politiques de santé du Fonds du Commonwealth , 2 faits ressortent clairement.

D’abord, les Canadiens âgés attendent plus longtemps pour voir un médecin que la moyenne des 11 pays sondés. Cependant, après l’obtention d’un rendez-vous, les résultats sont positifs pour de nombreux aspects liés aux soins.

Ces 2 énoncés, qui peuvent sembler contradictoires, figurent parmi les nombreux résultats instructifs publiés le 29 janvier par l’ICIS et les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC).

En outre, les Canadiens âgés consacrent plus de temps à planifier leur fin de vie et à s’occuper de leurs proches en fin de vie que les personnes âgées d’autres pays.

Résultats provinciaux

L’Enquête internationale sur les politiques de santé menée en 2014 visait les personnes âgées de 55 ans et plus provenant de 11 pays : l’Allemagne, l’Australie, le Canada, les États-Unis, la France, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse.

Au total, près de 5 300 Canadiens ont répondu à l’enquête. Ce rapport nous permet de comparer les résultats du Canada à ceux des autres pays sondés. De plus, pour la première fois, nous pouvons comparer toutes les provinces entre elles et avec la moyenne internationale, grâce aux résultats provinciaux.

Tout bien considéré, il s’agit du principal avantage du rapport. Il offre un aperçu précieux non seulement de la façon dont le système de santé d’une province se compare aux provinces avoisinantes, mais aussi de la manière dont le système, à grande échelle, se compare aux pays développés du monde.

Par conséquent, nous obtenons un aperçu très intéressant de l’expérience des Canadiens âgés en ce qui a trait à l’accès aux soins de santé, à la qualité des soins qu’ils reçoivent et à la planification des soins de fin de vie.

L’accès aux soins demeure problématique

« Les patients canadiens âgés nous disent de quelle façon notre système répond ou non à leurs besoins », indique David O’Toole, président-directeur général de l’ICIS. « La conclusion, qui s’appuie sur les données probantes, est que nous ne répondons pas à leurs besoins en ce qui a trait à l’accès aux médecins et au personnel infirmier. »

En fait, comparativement aux personnes âgées des autres pays sondés, les Canadiens attendent plus longtemps pour voir leurs médecins, et ils disposent de moins d’options pour les soins après les heures normales de travail, outre les services d’urgence.

« L’accès rapide aux soins constitue un défi depuis longtemps », souligne Jeremy Veillard, vice-président, Recherche et Analyse, à l’ICIS. « En fait, à mon avis, le plus surprenant dans ce rapport est que la situation ne s’est pas améliorée, même si nous nous efforçons constamment de réduire les temps d’attente. »

Pour certains Canadiens âgés, les coûts élevés peuvent aussi nuire à leur accès à des services de santé qui ne sont pas couverts de façon universelle par les régimes d’assurance provinciaux. Cela inclut l’accès aux médicaments d’ordonnance, surtout pour les personnes de moins de 65 ans, les soins dentaires et les services de soutien à domicile.

La qualité des soins a la cote

Une fois que les Canadiens parviennent à voir leurs dispensateurs de soins, ils indiquent généralement que leur expérience était comparable, et parfois meilleure, que celle des personnes âgées des autres pays sondés.

« Dans ce groupe de personnes plus âgées, il est plus probable que les répondants présentent des affections chroniques qui nécessitent un traitement, et c’est là que les résultats du Canada surclassent la moyenne », dit M. Veillard.

En fait, l’enquête a montré qu’il est plus probable qu’un professionnel de la santé passe en revue les médicaments que prennent les Canadiens âgés que chez les patients de la plupart des autres pays sondés. Il est aussi plus probable que les Canadiens âgés aient discuté avec leurs dispensateurs de soins des saines habitudes de vie et des objectifs du traitement d’affections chroniques.

La planification de la fin de vie au premier plan

Il est beaucoup plus probable que les Canadiens âgés planifient leurs soins de fin de vie que dans les autres pays, et qu’ils disposent d’un plan écrit indiquant leurs volontés. En outre, les répondants du Canada étaient plus susceptibles d’avoir discuté de leurs volontés avec leurs proches.

Même si le ratio de Canadiens âgés jouant le rôle d’aidants naturels correspond à la moyenne internationale, les Canadiens consacrent plus de temps à prendre soin de leurs proches que la moyenne.

« Que ce soit par choix ou par nécessité, les amis et les membres de la famille deviennent souvent les dispensateurs de soins principaux des personnes en fin de vie », indique M. Veillard. « Au Canada, notre population âgée consacre davantage de temps au rôle d’aidant naturel que celle des autres pays. »

Voyez par vous-même

Il y a tant de données à communiquer et de synopsis différents que nous avons élaboré une série exhaustive de documents — allant des infographies jusqu’aux condensés — dans le but de favoriser le partage des connaissances et d’en dire le plus possible.

Pour examiner de plus près le document Résultats du Canada : Enquête internationale de 2014 auprès des adultes âgés sur les politiques de santé du Fonds du Commonwealth, consultez le www.icis.ca .