L’ICIS favorise l’évaluation du rendement du système de santé du Nouveau-Brunswick

Printer-friendly version
L’ICIS favorise l’évaluation du rendement du système de santé du Nouveau-Brunswick

Dans une des provinces de l’Atlantique, le système de santé, comme un élève à l'école, reçoit une note. Depuis trois ans, le Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick (CSNB) produit une Fiche de rendement du système de santé du Nouveau-Brunswick. La fiche souligne les secteurs à améliorer, en progression et en recul.

Selon Michelina Mancuso, directrice exécutive à l’évaluation du rendement du CSNB, la fiche de rendement favorise une meilleure compréhension de façons d'améliorer les résultats et la qualité des soins à un coût raisonnable. « Nous souhaitons obtenir un meilleur portrait de l'expérience de soins des citoyens du Nouveau-Brunswick », ajoute-t-elle.

La Fiche de rendement de 2012 accorde une note à une liste équilibrée d’indicateurs de santé afin d’obtenir des notes générales pour les dimensions de l'accessibilité (C), de la justesse (C), de l’efficacité (C), du rendement (C), de la sécurité (A) et de l’équité (C). Elle présente une évolution des points de vue dans les secteurs des soins de santé primaires, des soins aigus et des soins spécialisés. Les citoyens constatent que leur expérience de soins fait l’objet d’une évaluation, tandis que les décideurs et les médecins voient la forêt que cachent parfois les arbres, c’est-à-dire l’articulation des différents volets du système. Les autorités sanitaires s’appuient quant à elles sur la fiche pour une bonne affectation des ressources.

Selon Mme Mancuso, le CSNB a pour objectif de faire cheminer la province vers un système de santé durable et requiert ainsi la contribution essentielle de l'ICIS.

Le poids de l’ICIS
Il y a trois ans, le CSNB a utilisé comme base un éventail d'indicateurs de l'ICIS (aux fins de comparaisons provinciales). S’y sont ensuite ajoutés d’autres indicateurs, dont plusieurs de l'ICIS, notamment les taux de réadmission et le coût par cas pondéré. Et Mme Mancuso d'ajouter : « Notre fiche de rendement repose l'ICIS, qui fournit 50 % de nos indicateurs ».

La participation de l’ICIS, notamment son appui et ses conseils, a donné une légitimité à la démarche du CSNB. Cette légitimité a donné naissance à une relation de confiance avec les professionnels de la santé de la province. Sans compter que le CSNB avait dès lors accès aux meilleures données disponibles.

Des 48 éléments de départ, la liste des indicateurs du CSNB s’est allongée à 111, puis à 137. Le CSNB est en train de traduire les données en information, surtout pour les principaux indicateurs qui sont d’une importance vitale pour le système, comme celui de l'accès aux soins, dont on cerne mieux les contours. La fiche de rendement a montré que l’accès aux médecins de famille s’est amélioré, mais que les temps d’attente pour une consultation demeurent un défi, ce qui, en retour, vient miner l'efficacité dans d'autres secteurs du système de santé.

La fiche de rendement sur le terrain
La première année, la fiche de rendement a fait beaucoup de bruit. Elle accordait la note D au secteur des soins de santé primaires du Nouveau-Brunswick tout en révélant que les visites aux services d’urgence étaient plus fréquentes. Voilà qui posait un problème au sein du système.

Parallèlement, la province planifiait une réforme du secteur des soins primaires l’année suivante. Les données du CSNB, a ajouté Mme Mancuso,  se sont retrouvées en toile de fond d'un sommet sur ce secteur. Aujourd'hui,  le CSNB  siège à un comité provincial sur la prestation des soins de santé primaires.

Dans la fiche de rendement de cette année, le CSNB est particulièrement fier de la dimension de la sécurité. La plupart des 20 indicateurs de la sécurité proviennent de l’ICIS; les autres reposent sur des données tirées de sondages sur l’expérience de soins des patients. Le CSNB a également ajouté des indicateurs du Projet de production de rapports sur les hôpitaux canadiens de l’ICIS, qui montraient sous un autre angle les lacunes du système.

La sécurité était la seule dimension à recevoir la note A. Cette réussite s’explique probablement, selon Mme Mancuso, par des initiatives liées à la sécurité récemment mises de l’avant par les autorités sanitaires régionales et accompagnées par la mesure et le suivi des résultats.

Un nouveau constat important a été fait cette année : la province réussit mieux à éviter la mortalité par les traitements plutôt que par la prévention. Les indicateurs ont dégagé la nécessité de se concentrer sur les soins de santé primaires (note D) afin de réduire la demande en services hospitaliers. En les combinant aux Indicateurs de santé 2012 de l’ICIS (qui incluent trois nouveaux indicateurs de la mortalité évitable), le CSNB est en mesure parler un langage que comprend la collectivité. Par exemple : « Quand une personne est malade, nous savons la traiter correctement, mais que faisons-nous pour prévenir la maladie au départ? »

Il s’agit d’un facteur clé pour la portée de la fiche de rendement, mais aussi pour celle des rapports de l'ICIS. Les indicateurs trouvent tout leur sens lorsqu'ils sont liés à une plus grande finalité. Comment peuvent-ils contribuer à améliorer les soins de santé? Comment influent-ils sur les résultats pour les patients?

L’image de la forêt qui cache l’arbre présente un point de vue panoramique. C'est ce point de vue qui portera l'objectif ultime du CSNB de faire du Nouveau-Brunswick un élève exemplaire.