L’ICIS et les soins contre le cancer

Printer-friendly version
Un nouveau programme d'analyse offrira plus de données d'un point de vue pancanadien.

Comme nous le rappelle le récent décès du chef du NPD Jack Layton, le cancer représente un énorme fardeau personnel pour les Canadiens, se classant au premier rang des causes de décès au pays, devant les maladies cardiovasculaires.

« En raison du vieillissement de la population, le nombre de personnes qui reçoivent un diagnostic de cancer et un traitement est à la hausse. Cette situation est un enjeu de taille pour nos partenaires dans le système de santé », affirme Anne McFarlane, vice-présidente, Région de l'Ouest et Initiatives de développement, ICIS.

Jusqu’à maintenant, l'ICIS n’a pas fait beaucoup de travaux au chapitre de l’analyse des données sur le cancer, mais la situation est en train de changer.

Au cours de la dernière année et demie, une équipe spéciale d’analystes de l’ICIS a travaillé à améliorer notre compréhension du cancer et de son incidence sur le système de santé. Cette initiative vise à trouver et à utiliser les données sur le cancer parmi toutes les sections de notre organisme, à obtenir des données du Registre canadien du cancer et à améliorer les méthodologies afin de promouvoir l’utilisation précise et efficace des données. Nous voulons présenter les services oncologiques d'un point de vue pancanadien, chose que nous sommes seuls à pouvoir faire en raison de la participation des provinces et territoires à nos bases de données.

Nous collaborons aussi avec le Partenariat canadien contre le cancer (PCCC) en vue d’améliorer les données et de développer des analyses et des indicateurs.

« Dans le système de santé, l'efficacité est primordiale », déclare Mme McFarlane. « Le PCCC a une expertise dans les domaines de la prévention du cancer et de la lutte contre le cancer, tandis que nous avons une expertise dans l’élaboration de bases de données et l’analyse. Nous avons donc convenu de nous entraider dans le cadre de certains projets afin d’optimiser nos compétences et nos ressources. »

L’équipe responsable de l’initiative vient tout juste de publier l’analyse en bref : Chirurgie du cancer du pancréas et de l'œsophage au Canada : expérience de l'hôpital et centralisation des soins.  Les analyses futures comprendront une étude de la tumorectomie par rapport à la mastectomie chez les patientes atteintes d’un cancer du sein au fil du temps et selon la région géographique. L’an prochain, nos travaux porteront sur le cancer du poumon et le cancer colorectal.

« Nous souhaitons jouer un rôle dans la description et l’analyse des services et des cheminements de soins chez les personnes atteintes de cancer », ajoute Mme McFarlane. « Nous pouvons attirer l’attention sur la façon dont les personnes subissent une chirurgie et l’endroit où elles la subissent, les variations dans les soins et les résultats, les visites au service d’urgence en raison de la douleur et la façon dont les services communautaires comme les services à domicile sont utilisés. À l’heure où notre système de santé tente de fournir des soins intégrés de qualité supérieure, nous pouvons aider immédiatement grâce aux données dont nous disposons et être plus utiles dans le futur, au fur et à mesure que les données et les méthodologies sont améliorées. »

Notre collaboration avec Statistique Canada est particulièrement précieuse, car elle nous permet d’accéder aux données du Registre canadien du cancer. Le Registre fournit des renseignements supplémentaires importants sur la stadification du cancer qui ne sont pas disponibles dans les banques de données de l’ICIS.

De plus, il fait le suivi de tous les patients atteints de cancer. Par exemple, il contient les données sur une personne qui a reçu un diagnostic de cancer à Terre-Neuve-et-Labrador il y a 10 ans et qui est décédée en Alberta l’an dernier.

L’accès à ces données nous permettrait d’améliorer nos analyses et de répondre à des questions comme : Quelle était la gravité de l’état du patient au moment du diagnostic? Quels services a-t-il reçu et quelles ont été leurs répercussions sur les résultats pour le patient?

« C’est très excitant », de dire Mme McFarlane. « Je crois qu’il est très important de fournir le plus de données possibles. Les professionnels du système de santé ne ménagent aucun effort pour fournir des soins exceptionnels. Si nous pouvons les aider, nous devons le faire. Nous avons la technologie, nous avons les outils. »