Les données de l’ICIS...

Printer-friendly version
Les données de l’ICIS ...aident à déterminer l’affectation des lits

En 2006, lorsque le gouvernement de la Nouvelle‑Écosse a annoncé sa stratégie décennale sur les soins de longue durée, les analystes du ministère de la Santé ont reçu le mandat de déterminer la façon de répartir de manière équitable dans la province plus de 70 millions de dollars consacrés aux lits de soins de longue durée.

Mettant à profit un modèle ministériel de planification portant sur la population et la fragilité, Susan Weagle, directrice de l’élaboration des normes et des politiques, et son équipe ont créé une méthodologie de planification intégrant les données fournies par l’ICIS et Statistique Canada.

Afin de mieux comprendre les facteurs permettant de prédire les besoins en matière de soins de longue durée dans différentes régions de la province, madame Weagle et les membres de son équipe ont utilisé les données provenant de la Base de données sur les congés des patients. Ils ont ensuite analysé le nombre de patients âgés de 75 ans et plus ayant été admis à l’hôpital en raison de l’un des 25 principaux groupes de maladies analogues en 2005‑2006. Cet indice de fragilité a démontré que l’état de santé des personnes et le risque qu’elles ont de recourir à des soins de longue durée varient d’une région à l’autre.

L’équipe a également consulté les données interRAI portant sur les services à domicile (RAI-HC©), qui sont versées dans le Système d’information sur les services à domicile (SISD), ainsi que les données sur les congés des patients en soins de transition, de manière à valider le modèle de planification en le comparant aux demandes actuelles.

Grâce à l’intégration dans la méthode de toutes ces notions, l’équipe de madame Weagle a été en mesure de déterminer les besoins futurs en matière de soins de longue durée et de formuler des recommandations quant au nombre et au type de lits requis, ainsi qu’aux collectivités ayant les besoins les plus criants.

Le gouvernement a accepté ces recommandations, et plus de 800 nouveaux lits ont été ajoutés en 2010.

Madame Weagle a toutefois affirmé que sans les données, elle et les membres de son équipe n’auraient pas disposé d’une bonne connaissance de l’état de santé des personnes les plus susceptibles d’avoir recours aux soins de longue durée, si bien qu’ils n’auraient pu avoir la conviction que leurs recommandations répondraient bien aux besoins de la population.

« Mais comme nous avons utilisé des données probantes , nous disposions d’une information rationnelle et défendable, et les gens pouvaient comprendre comment nous en étions arrivés à ces recommandations. Grâce à cette stratégie de planification, les patients pourront obtenir les soins dont ils ont besoin, plus près de chez eux. »