Les chutes chez les aînés : une préoccupation majeure en matière de santé au Canada

Printer-friendly version
Les chutes chez les aînés : une préoccupation majeure en matière de santé au Canada

Une chute est si vite arrivée : il suffit qu’une personne âgée essaie d’atteindre un déambulateur ou une chaise hors de portée du lit, ou rate simplement une marche. Cette année seulement, au Canada, plus du tiers des aînés feront une chute, ce qui en fait la principale cause de blessures chez les personnes de 65 ans et plus.

« Nos données mettent en lumière ce problème qui persiste dans le système de santé », déclare Jeremy Veillard, vice-président, Recherche et Analyse, à l’ICIS. « Par exemple, en 2012‑2013, il y a eu au Canada près de 85 000 hospitalisations liées à des chutes chez les aînés et 8 % de ces personnes sont décédées à l’hôpital. »

Une préoccupation majeure en matière de santé 

Quand on ajoute ces chiffres au vieillissement de la population, les chutes deviennent une source de préoccupation majeure pour la santé au Canada.

Le problème touche non seulement les patients, mais aussi leurs familles, qui sont souvent les témoins de la souffrance physique et psychologique dévastatrice qu’entraîne une chute chez leurs proches, sans compter l’invalidité, la réduction de la qualité de vie, et même le décès.

Les chutes peuvent survenir de plusieurs façons, que ce soit en établissement de soins de longue durée, en centres de soins infirmiers ou en services à domicile, notamment quand une personne essaie d’atteindre une chaise ou un déambulateur hors de portée. Le temps que le personnel infirmier ou qu’un membre de la famille intervienne, il peut être trop tard. 

Des faits probants 

Il ne pourrait y avoir un moment mieux indiqué que la clôture de la Semaine nationale de la sécurité des patients pour réfléchir sur les conséquences et les stratégies de prévention des chutes chez les aînés.

Les chutes surviennent dans l’ensemble du continuum des soins : dans les hôpitaux, les établissements de soins de longue durée et les services à domicile. D’ailleurs, 50 % des hospitalisations liées aux chutes chez les aînés sont consécutives à des chutes survenues à domicile.

Le pourcentage des clients bénéficiaires de services à domicile et de soins de longue durée qui courent un risque de chute varie selon la province ou le territoire. Or, il n’en demeure pas moins que les aînés hospitalisés en raison d’une chute sont 4 fois plus susceptibles de séjourner dans un niveau de soins alternatif que ceux hospitalisés pour d’autres raisons.

Un nouveau rapport, Prévention des chutes : des données probantes à l’amélioration des soins de santé au Canada , examine de plus près les chutes et la prévention des chutes en milieu de soins de courte durée, de soins de longue durée et de services à domicile.

Le rapport est le fruit d’une collaboration entre l’ICIS, Agrément Canada et l’Institut canadien pour la sécurité des patients (ICSP). 

La prévention des chutes 

Ces 3 organisations, en raison des données sur les chutes des aînés et du vieillissement de la population, travaillent à l’amélioration des initiatives de prévention des chutes, dont voici quelques exemples :

  • La stratégie de prévention des chutes d’Agrément Canada et l’évaluation de la sécurité à domicile, obligatoires dans tous les organismes agréés;
  • La collecte et la déclaration constante de données sur les chutes par l’ICIS, et ce, pour disposer de meilleurs renseignements pour les projets de prévention;
  • La trousse de l’ICSP pour la prévention des chutes et la réduction des blessures, qui comprend des stratégies, des webinaires et un système de déclaration en ligne. 

Les chutes successives : un excellent prédicteur des chutes à venir

Il est triste de constater que les chutes successives constituent le meilleur prédicteur des chutes chez les aînés bénéficiaires de services à domicile et de soins de longue durée.

Les aînés qui ont déjà fait une chute courent un risque accru de tomber et de se blesser à nouveau. Et les conséquences d’une chute peuvent bouleverser la vie d’une personne âgée.

Sachant que 15 % des hospitalisations liées à une chute survenue à domicile aboutissent à un transfert vers des soins de longue durée, les bouleversements que peut entraîner une chute deviennent pour le moins évidents.

Les chutes sont par ailleurs à l’origine de la majorité des fractures chez les aînés, la fracture de la hanche étant la blessure grave la plus courante. Près de la moitié des aînés qui se fracturent la hanche en tombant ne marcheront plus jamais comme avant, et 1 sur 5 mourra dans les 6 mois suivant la chute.

Ce sont là quelques raisons de plus d’envisager ce qu’on peut faire pour améliorer la prévention des chutes chez les aînés.