Financement par activité

Financement par activité

Les fonds destinés au système de santé sont très souvent limités et se font de plus en plus rares en période de difficultés économiques. L’efficience, l’optimisation des ressources financières et la responsabilisation sont plus importantes que jamais pour les décideurs. C’est pourquoi certaines provinces ont étudié la viabilité d’un modèle de financement par activité (FPA).

Traditionnellement, les hôpitaux sont financés à partir de budgets globaux où ils reçoivent une somme d’argent au début de l’année. Cette façon de faire, bien qu’elle soit simple et facile à comprendre, risque de poser des problèmes lors de la planification, à tous les niveaux du système.

Dans un modèle de FPA, la province paie les hôpitaux pour chaque patient traité. Ainsi, les patients ne représentent plus pour l’hôpital une source de dépenses, mais de revenus. Ce modèle plus complexe, dont la mise en œuvre nécessite un plus grand nombre de données et d’informations, permet toutefois d’éviter plusieurs problèmes associés aux budgets globaux.

La Colombie-Britannique, pour plusieurs raisons, a commencé la transition vers le FPA il y a quelques années.

« Dans le contexte du financement global, un hôpital ou une autorité sanitaire n’a qu’à refuser de dispenser des services pour respecter son budget », explique M. Les Vertesi, ancien directeur exécutif de la Health Services Purchasing Organization de la Colombie-Britannique. « Nous voulions mettre fin à cette pratique. Le financement par activité consiste à financer les services dispensés, ce qui favorise la baisse des coûts. »

Dans un modèle de FPA, le remboursement est basé sur le coût approximatif des traitements offerts à un patient. Diverses méthodes sont utilisées à travers le monde pour calculer ces paiements. En Colombie-Britannique, le système de groupes clients de l’ICIS a été utilisé comme point de départ.

« Le système était gratuit et contenait des données historiques sur quinze ans ou plus pour tous les patients de tous les hôpitaux au Canada, » explique M. Vertesi. « Nous pouvions étudier les tendances et faire des comparaisons. Et en plus, il s’agit d’une norme canadienne et non américaine. »

Le système de groupes clients de l’ICIS produit des indicateurs qui estiment le coût des soins de chaque patient par rapport à d’autres. En Colombie-Britannique, ces indicateurs ont été convertis en estimations de la valeur monétaire.

« L’ICIS va plus loin qu’une simple moyenne, effectuant une pondération de la consommation des ressources (PCR) pour chaque cas. Vous obtenez donc avec une note pondérée, » précise M. Vertesi.

La PCR prend en considération le fait que certains cas sont plus complexes que d’autres et donc plus dispendieux que la moyenne. C’était important.

« Nous étions en mesure d’affirmer que le système n’est pas seulement fondé sur le nombre de cas traités, mais aussi sur leur complexité, » affirme M. Vertesi.

Alors, comment ça se passe?

« Les résultats pour les patients sont positifs. Beaucoup d’interventions supplémentaires ont été effectuées, » annonce M. Vertesi. « Une autorité sanitaire a réussi à réduire sa liste d’attente d’environ 25 % en 10 mois. »

Plusieurs décideurs aiment aussi le FPA qui, selon eux, favorise la transparence.

« Avec le financement par activité, on sait à quoi s’en tenir. C’est important de pouvoir injecter l’argent au bon endroit, » explique M. Vertesi. « On n’entre pas dans un La Baie ou Future Shop avec mille dollars pour en ressortir avec n’importe quoi. »

Bien sûr, beaucoup de questions sont encore sans réponse, comme avec toutes les nouvelles initiatives. Quelle est la véritable clé du succès d’un système de FPA? Comment utiliser ce modèle de financement pour accroître la qualité? Quelles mesures de performances doivent être surveillées?

Afin de trouver des réponses à ces questions, l’ICIS a monté une équipe chargée de venir en aide aux provinces qui souhaitent passer au FPA à partir de leur système de groupes clients pour calculer leurs paiements. L’ICIS se fait également chef de file dans le domaine en organisant, entre autres, un forum pour les leaders d’opinion et une formation sur le FPA. L’ICIS continuera de surveiller et d’évaluer les nouveaux modèles et les projets pilotes afin de partager les connaissances acquises avec toutes les provinces.