Changer l'avenir : utilisation des données pour les besoins du système de santé

Printer-friendly version
IF banner Sept 2012 (jpg) FR

Nous avons investi dans la technologie.

Nous avons investi dans les systèmes.

Et maintenant, nous sommes fins prêts à passer à l’utilisation des données.

Au cours des dix dernières années, on a accordé la priorité à l’élaborationde systèmes pour répondre aux besoins de tous les Canadiens qui disposent d’un dossier de santé électronique. Dans l’ensemble du pays, de sérieux progrès ont été accomplis dans des domaines tels que les dossiers médicaux électroniques, les systèmes d’information de laboratoire, l’imagerie numérique et les systèmes d’information sur les médicaments. Il faut reconnaître que nous avons rencontré certaines difficultés et que nous n’avons pas encore franchi la ligne d’arrivée. Toutefois, nous percevons déjà les signes précurseurs de la prochaine étape : l’utilisation des données de ces systèmes pour l’amélioration des programmes, la planification et l’affectation des ressources, la santé publique et la recherche. Voilà ce que l’on entend par l’utilisation des données pour les besoins du système de santé.

Au même titre que la prise de décisions judicieuses, le concept de l’utilisation des données est d’une importance capitale. Le succès en entreprise repose toujours sur la prise de décisions éclairées. Les Canadiens n’en attendent pas moins de leur système de santé.

En raison de l’incidence considérable de l’utilisation des données sur le système de santé, la Conférence des sous-ministres de la Santé a demandé à l’ICIS ainsi qu’à Inforoute Santé du Canada d’élaborer, de promouvoir et de perfectionner une vision de l’utilisation des données pour les besoins du système de santé au Canada. Un énoncé de de vision canadien, intitulé « Information enrichie pour améliorer la santé » (en anglais seulement), a été approuvé par les sous-ministres et regroupe trois principaux volets :

  • Nous recueillons, diffusons et utilisons des données.
  • Nous avons la capacité de recueillir et d’utiliser les données.
  • Nous disposons d’une infrastructure composée de politiques, de mécanismes de gouvernance et de technologies qui sous-tendent la collecte et l’utilisation de l’information.

Nous avons mis au point un cadre général pour cette vision et nous nous employons actuellement à approfondir chacun des volets. Notre objectif final consiste à élaborer un document de réflexion sur l’utilisation des données pour les besoins du système de santé qui sera déposé à la Conférence des sous-ministres de la Santé en mars prochain. Dans le cadre de ce processus, nous consulterons des groupes d’intervenants de premier plan à l’échelle du pays. Nous désirons faire de ce document la pierre angulaire des discussions approfondies avec les provinces, les territoires et les organismes au sujet de la stratégie d'utilisation des données pour les besoins du système de santé.

À mesure que nos travaux progressent, nous chercherons des exemples concrets où l’utilisation des données a servi d’appui à la prise de décisions. Nous en avons déjà consignés par écrit — vous pouvez les consulter ici — mais nous sommes toujours à la recherche de nouveaux exemples.

Passer aux actes

Nous devons joindre l’acte à la parole. Nous demandons donc à toutes les personnes qui participent à l’élaboration des systèmes d’information sur la santé d’envisager, à titre d’exigence de base, l’utilisation des données pour les besoins du système de santé. Il s’agit par exemple de l’obtention de données favorisant l’analyse, notamment grâce à la codification et aux formats structurés, de l’élaboration et de la gestion des mécanismes de gouvernance associés aux données nouvellement obtenues ou encore de la mise en place des processus d’appui à l’analyse. La vision servira à aiguiller les travaux, mais ce sont les personnes responsables de la mise au point et de l’utilisation des systèmes qui peuvent concrètement la mettre en œuvre. Au printemps dernier, à la conférence e-Health 2012, nous avons organisé et animé une séance sur l’utilisation des données pour les besoins du système de santé. Les participants ont réagi de façon très positive, reconnaissant à nouveau la pertinence du concept.

« Nous passons maintenant au prochain stade du dialogue et les gens sont prêts, affirme Francine Anne Roy, directrice des Dépenses de santé et Initiatives stratégiques à l’ICIS. L’utilisation des données pour les besoins du système de santé est la prochaine étape charnière; il ne s’agit pas d’un choix, mais bien d’une réalité. »