Les opioïdes peuvent avoir un effet dévastateur sur les utilisateurs. La crise continue de prendre de l’ampleur au Canada, et les données de l’ICIS montrent qu’elle touche même les Canadiens les plus jeunes.

Le syndrome de sevrage néonatal au Canada

Le syndrome de sevrage néonatal désigne la condition d’un nouveau-né qui présente des symptômes de dépendance et de sevrage après avoir été exposé à des drogues et médicaments in utero. Même si la cause de cette affection n’est pas toujours la consommation d’opioïdes, cette catégorie de médicaments est associée à la majorité des cas de syndrome de sevrage néonatal.

Les données de l’ICIS indiquent que le nombre de nouveau-nés atteints de ce syndrome augmente. Au Canada (données du Québec exclues), il a augmenté de 27 % en 4 ans, grimpant de 1 450 à 1 850 cas entre 2012‑2013 et 2016‑2017.

Plus de la moitié de ces cas (988) ont été déclarés en Ontario. Viennent ensuite la Colombie‑Britannique (252) et l’Alberta (207). Ces résultats sont en phase avec les populations plus nombreuses dans ces provinces. Les données détaillées sur les hospitalisations sont disponibles aux fins d’analyses approfondies, y compris les taux comparatifs.

Remédier au nombre croissant de cas de syndrome de sevrage néonatal

Loin d’être enrayée, la crise s’aggrave.

Le nombre de Canadiens hospitalisés en raison d’une intoxication aux opioïdes a augmenté de 19 % entre 2014‑2015 et 2016‑2017, comme l’indique en détail la publication de l’ICIS intitulée Préjudices liés aux opioïdes au Canada. Avec l’augmentation du nombre de nouveau-nés atteints du syndrome de sevrage néonatal, la crise des opioïdes touche directement les systèmes de santé, qui ont besoin de plus de lits d’hôpital, d’infirmières et de médecins.

En vue de remédier au nombre croissant de cas de syndrome de sevrage néonatal, la Société canadienne de pédiatrie (SCP) a publié des lignes directrices mises à jour qui décrivent ses recommandations quant au traitement des nouveau-nés atteints de ce syndrome. Pour améliorer les résultats pour la santé, les lignes directrices recommandent de garder les mères et les nouveau‑nés ensemble. En outre, pour réduire les effets du sevrage, elles encouragent l’allaitement ainsi que le contact peau contre peau.

« Il est démontré que le fait de laisser les nourrissons avec leur mère réduit le taux d’hospitalisations à l’unité de soins intensifs néonatale, favorise l’allaitement, raccourcit le séjour à l’hôpital et diminue le recours aux médicaments sur ordonnance », indique le Dr Thierry Lacaze, président du comité d’étude du fœtus et du nouveau-né de la SCP.

Même si tous les cas de syndrome de sevrage néonatal ne peuvent pas être attribués à la consommation de drogues illicites, l’augmentation constante de la consommation illégale d’opioïdes dans tout le pays et l’utilisation d’opioïdes d’ordonnance relient directement la crise des opioïdes et l’augmentation du nombre de nouveau-nés atteints du syndrome.

Travaux de l’ICIS sur les opioïdes

  • En novembre 2016, le président‑directeur général de l’ICIS, David O’Toole, a signé une déclaration conjointe sur les mesures qui engageait l’ICIS à contribuer à la lutte contre la crise nationale des opioïdes.
  • L’ICIS, de concert avec les provinces et territoires, les coroners et médecins légistes provinciaux, des organismes partenaires et d’autres autorités compétentes au pays, travaille à combler les lacunes dans les données sur les opioïdes, y compris dans les statistiques sur les décès diffusées chaque trimestre par l’Agence de la santé publique du Canada.
  • Afin d’appuyer la gestion de la crise des opioïdes par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario, l’ICIS recueille des données sur les visites à l’urgence toutes les semaines. En septembre 2017, nous avons publié notre deuxième rapport sur les préjudices liés aux opioïdes au Canada, qui comprend les données de l’exercice 2016‑2017 sur les visites au service d’urgence et les hospitalisations en raison d’une intoxication aux opioïdes.
  • En novembre 2017, l’ICIS a publié un rapport sur les tendances pancanadiennes en matière de prescription d’opioïdes, qui comprenait 5 années de données provenant des pharmacies communautaires.

Pour en savoir plus sur les travaux constants de l’ICIS par rapport à la crise des opioïdes, consultez la page Opioïdes au Canada, au icis.ca.