La crise des opioïdes au Canada exerce de plus en plus de pression sur les systèmes de santé du pays, comme le démontrent les données de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) sur l’augmentation du nombre de visites au service d’urgence et d’hospitalisations.

« Il suffit de regarder les chiffres pour constater que la crise des opioïdes a des répercussions croissantes », a déclaré David O’Toole, président-directeur général à l’ICIS. « De plus en plus de patients sont vus au service d’urgence ou hospitalisés, et les séjours à l’hôpital sont plutôt longs. Tout cela accroît le fardeau. »

« Considérant ces statistiques et les ressources nécessaires pour traiter tout ce monde, je dirais que les incidences sont assez importantes et qu’elles sont de plus en plus lourdes. »

Les opioïdes comprennent des substances bien connues, comme le fentanyl, l’oxycodone, la morphine, la codéine et l’héroïne. Certains opioïdes sont prescrits pour soulager la douleur et ils peuvent souvent être obtenus illégalement. Ils donnent également un sentiment d’euphorie, créent facilement une dépendance et ont trop souvent des conséquences mortelles.

« Il s’agit d’une grave crise de santé publique au pays », affirme la Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada. « Malheureusement, en 2016, il y a eu environ 2 800 décès apparemment liés aux opioïdes au Canada, soit plus que le nombre de Canadiens décédés au plus fort de la pandémie du VIH en 1995. »

De nouvelles données de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) montrent que de janvier à mars 2017, on a recensé au moins 602 décès vraisemblablement attribuables aux opioïdes au pays; ce chiffre devrait augmenter à mesure que d’autres données seront disponibles.

Les nouvelles données appuient les activités de surveillance de la santé publique du fait qu’elles permettent de mesurer l’incidence des préjudices liés aux opioïdes dans l’ensemble du Canada. Voici les principales constatations du rapport de l’ICIS :

Le nombre moyen d’intoxications aux opioïdes ayant entraîné une hospitalisation par jour au Canada : 16.

Le rapport de l’ICIS révèle que les intoxications aux opioïdes ont causé en moyenne 16 hospitalisations par jour en 2016-2017, ce qui représente une hausse de 19 % par rapport à 2014-2015.

« Cette hausse est considérable », indique Michael Gaucher, directeur des Services d’information sur les produits pharmaceutiques et la main-d’œuvre de la santé à l’ICIS.

« Les taux d’hospitalisations des dernières années sont très inquiétants et laissent à penser que la crise s’aggrave au pays. »

Les taux d’hospitalisations varient globalement d’une province et d’un territoire à l’autre et sont généralement plus élevés dans le Nord et l’Ouest du Canada que dans les provinces de l’Est.

L’augmentation du taux d’hospitalisations liées à une intoxication aux opioïdes au cours des 10 dernières années au Canada : 53 %.

De 2007-2008 à 2016-2017, le taux d’hospitalisations liées à une intoxication aux opioïdes a augmenté de 53 %. Plus de 40 % de la hausse a eu lieu au cours des 3 dernières années.

« La région de l’Ouest canadien a été la première à se dire préoccupée par les répercussions des drogues et des opioïdes illicites », souligne M. Gaucher, « mais nous avons observé une augmentation des taux d’hospitalisations dans presque tout le pays. »

« On ne peut pas dire combien d’hospitalisations sont attribuables aux opioïdes prescrits et aux opioïdes produits illégalement, mais le nombre d’hospitalisations témoigne d’un phénomène qui touche toute la société canadienne. Les opioïdes peuvent causer beaucoup de mal, particulièrement s’ils ne sont pas pris selon les directives d’un dispensateur de soins. »

Le groupe d’âge pour lequel le nombre d’hospitalisations liées à une intoxication aux opioïdes a augmenté le plus rapidement au cours des 10 dernières années au Canada : 15 à 24 ans.

Au cours des 10 dernières années, les taux d’hospitalisations attribuables à une intoxication aux opioïdes les plus élevés ont été observés chez les adultes de 45 à 64 ans et chez les personnes de 65 ans et plus, mais l’augmentation la plus rapide a eu lieu chez les jeunes de 15 à 24 ans.

« Les opioïdes sont de plus en plus prescrits aux jeunes, mais le nombre d’hospitalisations démontre également les répercussions du marché illégal », explique M. Gaucher.

« Le marché noir des opioïdes est maintenant bien présent dans les villes, les banlieues et les collectivités rurales, et les substances sont beaucoup plus puissantes qu’il y a 10 ans; il est important de comprendre qu’elles peuvent causer beaucoup de mal, même la mort, particulièrement chez les nouveaux utilisateurs. »

Le taux de croissance du nombre de visites aux services d’urgence pour des intoxications à l’héroïne au cours des 5 dernières années : 10 fois en Alberta et 4 fois en Ontario.

En Alberta, le nombre de visites au service d’urgence attribuables à une intoxication à l’héroïne et aux narcotiques synthétiques, ce qui comprend les opioïdes, a presque décuplé ces 5 dernières années.

En Ontario, le nombre de visites au service d’urgence liées à une intoxication à l’héroïne a presque quadruplé, alors que le nombre de visites attribuables à une intoxication aux narcotiques synthétiques a plus que doublé.

Les Albertains de 15 à 24 ans présentent le taux de visites au service d’urgence liées à une intoxication aux opioïdes le plus élevé et qui croît le plus rapidement. Celui-ci a triplé au cours des 5 dernières années.

En Ontario, les adultes de 25 à 44 ans affichent le taux de visites au service d’urgence liées à une intoxication aux opioïdes le plus élevé et qui a crû le plus rapidement au cours des 5 dernières années avec une hausse de 85 %.

La plus grande partie de la hausse dans les 2 provinces — les seules à fournir actuellement des données à l’ICIS sur les visites au service d’urgence liées à une intoxication aux opioïdes — est survenue au cours des 3 dernières années.

Le pourcentage de toutes les hospitalisations liées à une intoxication aux opioïdes au Canada au cours de la dernière année en raison d’une intoxication intentionnelle : 31 %.

Les gestes intentionnels, qui incluent les tentatives de suicide, sont à l’origine de 31 % des intoxications aux opioïdes survenues au Canada l’an dernier. Plus de la moitié des intoxications ont quant à elles été considérées comme accidentelles. Les intoxications intentionnelles se sont avérées plus courantes chez les 15 à 24 ans, où elles ont été la cause de 44 % des hospitalisations.

« Il s’agit d’une tendance inquiétante », ajoute la Dre Tam.

« Les troubles de santé mentale et les traumatismes, nous le savons, sont des problèmes de santé publique majeurs au Canada et constituent les principales causes de l’utilisation problématique d’opioïdes et d’un nombre considérable d’intoxications intentionnelles. »

La proportion d’intoxications accidentelles aux opioïdes chez les personnes âgées au cours de la dernière année: plus de la moitié.

Le rapport dévoile que 63 % des intoxications aux opioïdes observées chez les personnes de 65 ans et plus au Canada en 2016-2017 étaient accidentelles. 16 % étaient intentionnelles et 21 % étaient de nature inconnue.

« Il est très important que les patients informent leurs dispensateurs de soins de tous les médicaments qu’ils prennent, qu’ils soient prescrits ou non, car les interactions médicamenteuses peuvent être très nocives. Cela vaut particulièrement pour les personnes âgées, qui sont plus susceptibles de prendre de multiples médicaments. Ne pas prendre les médicaments selon les directives du médecin peut entraîner des conséquences très graves », insiste M. Gaucher.

Rapport sur les opioïdes

Recueil de graphiques sur les opioïdes

Apprenez-en plus sur les hospitalisations et les visites à l’urgence liées à une intoxication aux opioïdes dans le recueil de graphiques Préjudices liés aux opioïdes au Canada.

Consulter le recueil de graphiques (PDF)

Tableaux de données sur les opioïdes

Pour une analyse approfondie des chiffres et un examen des tendances, utilisez les tableaux de données Préjudices liés aux opioïdes au Canada.

Télécharger les tableaux de données (XLS)