Le 22 novembre 2017 — La quantité d’opioïdes délivrés au Canada a baissé de 2012 à 2016, d’après les données diffusées récemment par l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS). Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS)i, la quantité d’opioïdes se mesure en nombre de doses thérapeutiques quotidiennes (DTQ), soit la dose d’entretien moyenne par jour présumée pour un médicament utilisé chez l’adulte.

Le nombre d’ordonnances d’opioïdes a augmenté sur une période de 5 ans, mais la quantité d’opioïdes délivrés pour chaque ordonnance a diminué. La prescription de doses plus faibles se traduit par des rencontres plus fréquentes entre le fournisseur de soins et son patient, ce qui permet d’évaluer l’efficacité des médicaments et la nécessité de poursuivre le traitement.

À qui les opioïdes sont-ils prescrits?

En 2016, 21,5 millions d’ordonnances d’opioïdes ont été exécutées au Canada, contre 20,2 millions en 2012. Les personnes âgées ont été les plus nombreuses à recevoir des ordonnances d’opioïdes entre 2012 et 2016; l’an dernier, une personne âgée sur 5 en a reçu une. Les données indiquent également qu’une personne âgée sur 8 à qui l’on a prescrit un opioïde a obtenu un opioïde puissant pour une période de 90 jours ou plus. Les opioïdes puissants comprennent entre autres l’oxycodone, la morphine et le fentanyl.

Le risque de préjudices liés à l’utilisation d’opioïdes est plus élevé chez les personnes âgées pour plusieurs raisons, dont les changements à l’absorption et à la métabolisation des médicaments attribuables au vieillissement, qui peuvent accroître le risque d’intoxication accidentelle.

Quels sont les opioïdes les plus prescrits?

6 opioïdes représentaient plus de 96 % de toutes les ordonnances d’opioïdes exécutées de 2012 à 2016 : la codéine, l’oxycodone, l’hydromorphone, la morphine, le tramadol et le fentanyl. De ces opioïdes, 4 sont considérés comme puissants (l’oxycodone, l’hydromorphone, la morphine et le fentanyl) et sont habituellement prescrits pour soulager la douleur modérée à intense.

Les opioïdes puissants sont de plus en plus prescrits aux Canadiens. En 2016, 57,3 % de tous les opioïdes prescrits étaient des opioïdes puissants, par rapport à 52,2 % en 2012. Un récent rapport de l’ICIS intitulé Préjudices liés aux opioïdes au Canada indique que le nombre d’hospitalisations et de visites au service d’urgence liées à une intoxication aux opioïdes est à la hausse; il s’agit dans bien des cas d’opioïdes puissants, qu’ils soient prescrits ou illicites.

Citations

« Bien que l’on observe une baisse de la quantité globale d’opioïdes délivrés au Canada, les opioïdes puissants sont prescrits de plus en plus souvent. La prescription d’opioïdes pour le soulagement efficace de la douleur modérée à intense exige une évaluation des risques et des bienfaits. Dans le cadre de nos responsabilités en matière d’orientation de la politique de santé publique, nous devons continuer de surveiller les tendances de prescription et les préjudices liés aux opioïdes. »

— Brent Diverty, vice-président, Programmes, ICIS

« Certes, nous surveillons de près les taux de décès attribuables à une surdose, mais ne perdons pas de vue d’autres indicateurs généraux : les visites au service d’urgence, les hospitalisations et les tendances de prescription dans les différents groupes d’âge. Il n’y a qu’à combiner les taux de prescription avec certaines données sur les hospitalisations pour constater l’ampleur du problème au Canada. »

— Dr Robert Strang, médecin-hygiéniste en chef, Nouvelle-Écosse

Nos réalisations en lien avec les opioïdes

  • En novembre 2016, David O’Toole, président-directeur général de l’ICIS, a signé une déclaration conjointe selon laquelle l’ICIS s’engage dans la lutte contre la crise nationale des opioïdes.
  • L’ICIS, de concert avec les provinces et territoires, les coroners et médecins légistes provinciaux, des organismes partenaires et d’autres autorités compétentes au pays, travaille à combler les lacunes dans les données sur les opioïdes, y compris dans les statistiques sur les décès diffusées par l’Agence de la santé publique du Canada.
  • Nous avons récemment commencé à appuyer un système à réponse rapide pour le suivi des visites à l’urgence liées aux opioïdes en Ontario.
  • En septembre 2017, nous avons publié notre deuxième rapport sur les préjudices liés aux opioïdes au Canada, qui comprend des données de 2016-2017 sur les visites au service d’urgence et les hospitalisations en raison d’une intoxication aux opioïdes.

À propos de l’ICIS

L’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) est un organisme autonome sans but lucratif qui fournit de l’information essentielle sur les systèmes de santé du Canada et sur la santé des Canadiens. La santé mentale et les dépendances sont des priorités pour l’ICIS, comme le souligne notre plan stratégique.

Nous fournissons des données et une information comparables et exploitables qui favorisent une amélioration rapide des soins de santé, de la performance des systèmes de santé et de la santé de la population dans tout le Canada. Nos intervenants utilisent dans leurs processus décisionnels notre vaste gamme de bases de données, de mesures et de normes sur la santé, en parallèle avec nos rapports et analyses fondés sur des données probantes. Soucieux de protéger la vie privée des Canadiens, nous assurons la confidentialité et l’intégrité des renseignements sur la santé que nous fournissons.

Relations avec les médias

media@icis.ca
Riley Denver
416-549-5559

i. Centre collaborateur de l’Organisation mondiale de la Santé pour la méthodologie sur l’établissement des statistiques concernant les produits médicamenteux. Guidelines for ATC Classification and DDD Assignment 2017. 2017.