Caries dentaires : principale cause des chirurgies d’un jour pratiquées chez les enfants d’âge préscolaire chaque année

Printer-friendly version

Caries dentaires : principale cause des chirurgies d’un jour pratiquées chez les enfants d’âge préscolaire chaque année

Visitez la boutique en ligne pour télécharger ce rapport :

17 octobre 2013 —Près du tiers des chirurgies d’un jour chez les enfants d’âge préscolaire ont pour but de traiter les caries et la détérioration grave de la dentition. Ainsi, chaque année, des milliers d’enfants d’un à cinq ans doivent subir une anesthésie générale.

L’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) révèle qu‘environ 19 000 enfants par an subissent une chirurgie dentaire. Leurs dents sont si détériorées qu’ils doivent être anesthésiés pendant près de 82 minutes en moyenne.

« Il y a manifestement des écarts à l’échelle du Canada quant à la santé buccodentaire des jeunes enfants », indique le Dr Bob Schroth, professeur adjoint, Département de sciences dentaires préventives et Département de pédiatrie et de santé de l’enfant de l’Université du Manitoba. « Ce rapport confirme qu’il faut améliorer l’accès aux premières visites chez le dentiste et l’efficacité des programmes de prévention. La santé buccodentaire durant la petite enfance déterminera la santé dentaire qu’on aura toute la vie. »

Le rapport de l’ICIS souligne qu’on peut arrêter à tout moment la progression de la carie au moyen d’une obturation ou de l’application d’un vernis, l’extraction n’étant pratiquée qu’en dernier recours.

Certains groupes d’enfants plus à risque de subir une chirurgie dentaire

Le rapport Traitement des caries dentaires évitables chez les enfants d’âge préscolaire : coup d’œil sur la chirurgie d’un jour sous anesthésie générale révèle que les taux de chirurgie dentaire d’un jour chez les enfants des quartiers à forte proportion d’Autochtones étaient près de neuf fois plus élevés que chez ceux des quartiers à faible proportion d’Autochtones.

Par ailleurs, les taux de chirurgie étaient près de quatre fois plus élevés chez les enfants des quartiers les moins aisés comparativement à ceux des quartiers les plus aisés, alors qu’ils étaient plus de trois fois plus élevés chez les enfants des quartiers ruraux comparativement à ceux des quartiers urbains.

La pointe de l’iceberg

Ces chirurgies d’un jour coûtent 21,2 millions de dollars par année au Canada (à l’exception du Québec). Et ce n’est là qu’une fraction du coût réel, car les coûts associés aux professionnels comme les chirurgiens-dentistes et les anesthésistes ainsi que les frais de déplacement ne sont pas inclus.

De plus, le rapport met l’accent sur les chirurgies pratiquées dans les hôpitaux, sans tenir compte de celles qui ont eu lieu dans un cabinet de dentiste ou dans une clinique communautaire.

« Les problèmes dentaires peuvent être douloureux et menacer l’estime de soi et la qualité de vie de l’enfant », précise Anne McFarlane, vice-présidente, Région de l’Ouest et Initiatives de développement, à l’ICIS. « Plusieurs facteurs contribuent à la santé buccodentaire, comme la fluoruration de l’eau et l’accès en temps opportun à de tels soins. De fait, ces complications sont facilement évitables. Il est possible d’améliorer et favoriser la santé buccodentaire des jeunes enfants du pays en regroupant les efforts en vue de réduire le recours à ces chirurgies. »


Figures

Figure 1

Durée des chirurgies d’un jour selon le lieu de résidence, provinces et territoires sélectionnés, enfants âgés d’un an à moins de cinq ans, période de deux ans (2010-2011 à 2011-2012) (figure 3 dans le rapport)

Figure 2

Taux de chirurgie d’un jour pour le traitement de la carie selon le lieu de résidence, provinces et territoires sélectionnés, enfants âgés d’un an à moins de cinq ans, période de deux ans (2010-2011 à 2011-2012) (adaptation de la figure 4 du rapport)

 

 

 

Pour obtenir un document de l'ICIS dans un format de remplacement, remplissez le formulaire de demande d’accès sur le site de l'ICIS.