L'inégalité liée au revenu pour l'autoévaluation de la santé mentale s'est creusée au fil du temps

Printer-friendly version

Retour au infographies

 

Les inégalités en santé liées au revenu ont-elles changé au Canada?

L'inégalité liée au revenu pour l'autoévaluation de la santé mentale s'est creusée au fil du temps

L’inégalité liée au revenu pour l’autoévaluation de la santé mentale s’est creusée au fil du temps.

En 2003, le nombre d’adultes par 100 habitants qui jugeaient leur santé mentale comme passable ou mauvaise était 4 fois plus élevé chez les Canadiens au niveau de revenu le plus faible que chez ceux au niveau de revenu le plus élevé.

En 2013, soit 10 ans plus tard, le nombre d’adultes par 100 habitants qui jugeaient leur santé mentale comme passable ou mauvaise était 5 fois plus élevé chez les Canadiens au niveau de revenu le plus faible que chez ceux au niveau de revenu le plus élevé.

Si tous les adultes canadiens avaient affiché en 2013 le même faible taux d’autoévaluation passable ou mauvaise de la santé mentale que ceux au niveau de revenu le plus élevé, il y aurait eu environ 1 million de Canadiens en moins qui auraient évalué leur santé mentale comme passable ou mauvaise.

 

Pour plus de renseignements sur les indicateurs de santé, consultez le rapport de l’ICIS Tendances des inégalités en santé liées au revenu au Canada

 

 

Pour obtenir un document de l'ICIS dans un format de remplacement, remplissez le formulaire de demande d’accès sur le site de l'ICIS.