Sauter au sous-navigation

Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé

La Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé (CIF) est un cadre conceptuel qui présente une terminologie et une classification normalisées des conséquences de la maladie. La classification a été publiée pour la première fois en 1980 à titre d’essai sous le nom Classification internationale des handicaps : déficiences, incapacités et désavantages (CIH). Depuis sa publication, la classification est utilisée dans divers domaines et comporte des applications spécifiques pour les diagnostics cliniques, l’évaluation en réadaptation, la planification de politiques pour les personnes handicapées et la recherche par sondage. Sous les auspices de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la CIH a été révisée et renommée CIF en 2001. L’ICIS a coordonné la contribution canadienne au processus de révision.

Champ d’application de la CIF

La CIF est une classification de la santé et des domaines connexes sur les plans corporel, individuel et sociétal qui décrit

  • les fonctions organiques et les structures anatomiques;
  • les activités et la participation;
  • les facteurs environnementaux.

Avantages de la CIF

La CIF présente un langage et un cadre normalisés pour décrire les fonctionnalités et les incapacités en tant qu’éléments importants de la santé et des services sociaux. Cette normalisation de la langue

  • améliore la communication entre les secteurs et les personnes handicapées;
  • permet la comparaison des données à l’échelle nationale et internationale;
  • offre une couverture qui s’étend sur toute la durée de la vie;
  • peut être utilisée dans les fichiers sur les services aussi bien que dans les questionnaires d’enquête

La CIF représente un cadre conceptuel pour l’information applicable aux soins de santé personnels, y compris la prévention, la promotion de la santé et l’amélioration de la participation en éliminant ou en atténuant les obstacles sociétaux et en encourageant la mise en place de soutiens et de facilitateurs sociétaux. Elle est également utile pour l’étude des systèmes de santé, tant pour l’évaluation que pour l’élaboration de politiques.

Structure de codification de la CIF

La CIF est organisée selon un schéma hiérarchique. Les composantes — fonctions organiques et structures anatomiques, activités et participation, facteurs environnementaux — sont classifiées de façon indépendante. À l’intérieur de chaque composante, les catégories sont présentées selon le schéma tronc-branche-feuille, de façon à ce qu’une catégorie de niveau inférieur partage les attributs des catégories de niveau supérieur desquelles elle fait partie. Les catégories, qui sont les unités de la classification, sont mutuellement exclusives. Plus d’une catégorie peut être utilisée pour décrire le fonctionnement d’une personne.

La CIF a recours à un système alphanumérique dans lequel les lettres b, s, d et e représentent les fonctions organiques et les structures anatomiques, les activités et la participation, et les facteurs environnementaux. Ces lettres sont suivies d’un code numérique qui commence par le numéro du chapitre (un chiffre), puis du deuxième niveau (2 chiffres) et des troisième et quatrième niveaux (un chiffre chacun). Les codes de la CIF ne sont complets que s’ils sont accompagnés d’un code qualificatif qui dénote un ordre de grandeur du niveau de santé (p. ex. gravité du problème). Ces codes qualificatifs se composent d’un ou 2 chiffres ou plus après le point séparateur.