Dépenses de santé du Canada : la plus faible croissance depuis 1997

Printer-friendly version

Tendances des dépenses nationales de santé, 1975 à 2014

30 octobre 2014 — Les dépenses de santé du Canada devraient enregistrer leur taux de croissance le plus faible depuis 1997. Cette tendance s’observe depuis les 4 dernières années, d’après de nouvelles données diffusées aujourd’hui par l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS). Les dépenses augmentent chaque année, mais à un rythme de seulement 2,1 %; il s’agit d’un plancher historique au cours des 17 dernières années.

« Une augmentation de 2,1 % correspond à 4,5 milliards de dollars. À l’échelle du pays, c’est donc 214,9 milliards de dollars qui seront consacrés à la santé en 2014 », indique David O’Toole, président-directeur général de l’ICIS. « Cela correspond à 6 045 $ par Canadien, soit seulement 61 $ de plus par personne que l’an dernier. »

Ralentissement des plus grandes dépenses

Les médicaments, les hôpitaux et la rémunération des médecins représentent habituellement les 3 principaux facteurs d’accroissement des dépenses dans le système de santé. Ils exigent donc une attention continue et une gestion novatrice des ressources.

« Les dépenses en médicaments ralentissent. Avec une augmentation de 0,8 %, elles atteindront 33,9 milliards de dollars en 2014 », selon Brent Diverty, vice-président, Programmes, à l’ICIS. « L’industrie pharmaceutique doit se plier à des politiques de contrôle des prix des médicaments génériques, les brevets de certains médicaments de premier ordre arrivent à échéance et moins de médicaments sont mis en marché. Résultat : nous constatons une croissance pratiquement nulle. »

Avec une croissance prévue de 2,1 %, les dépenses hospitalières s’établiront à 63,5 milliards de dollars en 2014. Environ 60 % de ces coûts hospitaliers sont liés à la rémunération de la main-d’œuvre, particulièrement les infirmières. L’inflation et la rémunération représentent d’importants facteurs d’accroissement des coûts hospitaliers, tout comme les coûts associés aux technologies nouvelles et émergentes et à l’expansion des services hospitaliers.

Parmi ces 3 facteurs d’accroissement des coûts, ce sont les dépenses consacrées aux médecins qui ont le plus augmenté, à hauteur de 4,5 %, quoiqu’elles ralentissent aussi étant donné les faibles augmentations des honoraires négociées par les ministères de la Santé pour la durée des plus récents contrats. Les dépenses consacrées aux médecins devraient atteindre 33,3 milliards de dollars en 2014.

Le vieillissement de la population, un modeste facteur d’accroissement des dépenses

Contrairement aux craintes selon lesquelles les personnes âgées accapareront soudainement les budgets des soins de santé du Canada, on estime que le vieillissement de la population ne fait augmenter les coûts des soins de santé que de 0,9 % par année; cependant, cette tendance devrait s’accélérer graduellement au cours de 20 prochaines années.

« Les préoccupations d’ordre démographique sont compréhensibles, indique Brent Diverty. En effet, les Canadiens de plus de 65 ans représentent moins de 15 % de la population, mais bénéficient de plus de 45 % des sommes allouées à la santé par les provinces et territoires. Cependant, la part des dépenses de santé du secteur public associée aux personnes âgées n’a pas beaucoup changé au cours des 10 dernières années ».

L’utilisation appropriée des soins hospitaliers, les soins de longue durée en établissement et les soins communautaires pour les personnes âgées sont une source de préoccupation pour l’avenir. Cette utilisation doit trouver un équilibre entre l’accès, la qualité et les coûts. Au Canada, 5,2 millions de personnes ont maintenant dépassé l’âge de 65 ans (dans moins de 10 ans, une première vague de baby-boomers aura 75 ans). En 2012, les dépenses par personne âgée variaient considérablement selon l’âge :

  • 65 à 69 ans : 6 368 $
  • 70 à 74 ans : 8 545 $
  • 75 à 79 ans : 11 692 $
  • 80 ans et plus : 21 054 $

Variations à l’échelle du pays et dans le monde

Les dépenses de santé par personne varient aussi d’une province à l’autre. En 2014, Terre-Neuve-et-Labrador et l’Alberta devraient afficher les dépenses les plus élevées, soit 6 953 $ et 6 783 $ par personne, respectivement. C’est au Québec et en Colombie-Britannique que les dépenses de santé par personne devraient être les moins élevées, soit 5 616 $ et 5 865 $, respectivement. Les territoires devraient enregistrer des coûts par personne plus élevés en raison de leurs populations faibles et dispersées.

L’écart entre les régions du Canada s’explique tant par les différences entre les populations des multiples collectivités que par leurs divers besoins en matière de soins de santé. D’autres facteurs peuvent aussi avoir une incidence sur les dépenses par habitant, y compris l’organisation des services de santé, la rémunération des professionnels de la santé et la répartition des coûts entre les secteurs public et privé.

À l’échelle internationale, le Canada demeure l’un des 10 premiers pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en ce qui a trait aux dépenses de santé par personne. En 2012, le Canada a dépensé 4 602 $ US. Ces dépenses sont comparables à celles de l’Allemagne (4 811 $ US), du Danemark (4 698 $ US) et du Luxembourg (4 578 $ US), mais bien inférieures à celles des États-Unis (8 745 $ US).

Figure

 

Figure 1

À quel montant s’élèveront les dépenses de santé en 2014?

Pour obtenir un document de l'ICIS dans un format de remplacement, remplissez le formulaire de demande d’accès sur le site de l'ICIS.