17 mai 2018 — En 2016, près de 1,6 million de personnes âgées (environ un Canadien sur 4 âgé de 65 ans et plus) se sont vu prescrire 10 catégories de médicaments ou plus, selon un nouveau rapport de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) qui offre une vue d’ensemble de l’utilisation des médicaments chez les personnes âgées.

Une catégorie de médicaments est un groupe de produits chimiques qui agissent de façon similaire dans le traitement de troubles médicaux semblables. Par exemple, les opioïdes sont une catégorie de médicaments couramment utilisés pour le soulagement de la douleur modérée à intense.

Les personnes âgées continuent de se faire prescrire un grand nombre de médicaments, et ce nombre augmente avec l’âge. Le nombre moyen de médicaments prescrits aux personnes âgées a très peu changé entre 2011 et 2016.

Les personnes âgées qui se sont vu prescrire 10 médicaments ou plus risquaient davantage d’être hospitalisées en raison d’une réaction indésirable aux médicaments — 5 fois plus que celles qui utilisaient moins de médicaments prescrits. Les médicaments contre le cancer, les opioïdes et les anticoagulants représentaient les catégories les plus courantes ayant causé des hospitalisations en raison de réactions indésirables à un médicament.

Quels sont les médicaments les plus prescrits?

En 2016, les médicaments servant à traiter l’hypercholestérolémie — que près de la moitié des personnes âgées utilisent — représentaient la catégorie de médicaments la plus couramment prescrite. D’autres catégories de médicaments couramment prescrits comprenaient ceux utilisés pour le traitement du reflux gastrique, des ulcères digestifs et de l’hypertension.

Utilisation potentiellement inappropriée des médicaments

En 2016, environ 1,9 million de Canadiens âgés ont utilisé de façon chronique au moins un médicament potentiellement inapproprié, ce qui est comparable au taux de 2011. Il y a utilisation chronique si une personne est visée par au moins 2 demandes de remboursement et a reçu un approvisionnement d’au moins 180 jours d’un médicament.

Les médicaments potentiellement inappropriés peuvent augmenter le risque d’effets indésirables, comme les chutes, les fractures et les troubles de santé mentale, et souvent, il existe des substituts plus sûrs. Des catégories de médicaments couramment utilisés, comme les inhibiteurs de la pompe à protons (traitement du reflux gastrique et des ulcères digestifs) et les benzodiazépines (traitement de l’anxiété et de l’insomnie), sont parmi les médicaments considérés comme potentiellement inappropriés.

Utilisation des médicaments chez les personnes âgées

Voici d’autres faits saillants du rapport :

  • Les femmes (36,8 %) avaient un taux plus élevé d’utilisation chronique de médicaments potentiellement inappropriés que les hommes (29,8 %).
  • Les personnes âgées des quartiers à faible revenu et des régions rurales ou éloignées ont utilisé plus de médicaments prescrits.
  • Les personnes de 85 ans et plus ont utilisé une plus grande quantité de médicaments.
  • En moyenne, l’utilisation d’antipsychotiques (traitement de la schizophrénie et des troubles bipolaires) et de benzodiazépines (traitement de l’anxiété et de l’insomnie) dans les établissements de soins de longue durée a diminué depuis 2011.

Citation

« Même si les initiatives visant à réduire l’utilisation de médicaments potentiellement inappropriés font effectivement baisser l’utilisation des antipsychotiques et des benzodiazépines, les Canadiens âgés consomment encore beaucoup de médicaments. Il faut que les personnes âgées et leur famille parlent régulièrement de leurs médicaments avec leur médecin ou leur pharmacien. »

— Brent Diverty, vice président, Programmes, ICIS

« Les prescripteurs, les patients et le public sont de plus en plus conscients des préjudices que peuvent entraîner des médicaments non nécessaires. Les chercheurs, cliniciens et prescripteurs canadiens sont à l’œuvre et établissent des approches fondées sur des données probantes afin de réduire de façon sécuritaire les médicaments non nécessaires, ainsi que des stratégies propres aux personnes âgées afin de déprescrire les médicaments non nécessaires et potentiellement préjudiciables. Ce rapport aidera à motiver les changements en fournissant plus de données et de preuves pour cibler des priorités et appuyer ces stratégies. »

— Dre Kimberly Wintemute, M.D., coresponsable des soins primaires, campagne nationale Choisir avec soin

À propos de l’ICIS

L’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) est un organisme autonome sans but lucratif qui fournit de l’information essentielle sur les systèmes de santé du Canada et sur la santé des Canadiens. Les personnes âgées sont l’une des populations prioritaires de l’ICIS, conformément à notre plan stratégique.

Nous fournissons des données et une information comparables et exploitables qui favorisent une amélioration rapide des soins de santé, de la performance des systèmes de santé et de la santé de la population dans tout le Canada. Nos intervenants utilisent dans leurs processus décisionnels notre vaste gamme de bases de données sur la santé, de mesures et de normes, en parallèle avec nos rapports et analyses fondés sur des données probantes. Soucieux de protéger la vie privée des Canadiens, nous assurons la confidentialité et l’intégrité des renseignements sur la santé que nous fournissons.

Relations avec les médias

media@icis.ca
Riley Denver
416-549-5559