Un patient sur douze traité dans les hôpitaux canadiens réadmis dans les 30 jours

Printer-friendly version

Une étude examine qui sont les patients réadmis et pourquoi

Télécharger le rapport : Réadmission en soins de courte durée et retour au service d'urgence, toutes causes confondues

Le 14 juin 2012 — Selon une étude de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), en 2010, plus de 180 000 Canadiens ont été réadmis en soins de courte durée peu après avoir reçu leur congé de l’hôpital. Dans les provinces et le territoire où des données détaillées sur le retour au service d’urgence étaient disponibles, à savoir l’Alberta, l’Ontario et le Yukon, près d’un patient sur dix en soins de courte durée est retourné au service d’urgence dans les sept jours suivant son congé de l’hôpital. L’étude Réadmission en soins de courte durée et retour au service d’urgence, toutes causes confondues repose sur plus de 2,1 millions d’hospitalisations en soins médicaux, chirurgicaux, obstétricaux et pédiatriques à l’échelle nationale. Elle a permis de brosser le portrait des types de patients réadmis en soins de courte durée à la suite d’un congé ainsi que les raisons cliniques de leur retour.

« Mieux comprendre les facteurs qui influencent les taux de réadmission constitue une étape importante pour améliorer la qualité des soins prodigués aux Canadiens », explique Jeremy Veillard, vice-président du Secteur de la recherche et de l’analyse à l’ICIS. « Bien qu’il soit impossible de toujours éviter les réadmissions, les recherches montrent que dans bien des cas, il est possible de les prévenir. »

Les causes de réadmission varient en fonction des groupes de patients

Les réadmissions des patients en soins médicaux et pédiatriques étaient le plus souvent attribuées
à des affections semblables ou identiques :

  • Les patients en soins médicaux étaient plus susceptibles d’être réadmis pour une maladie pulmonaire obstructive chronique ou une insuffisance cardiaque. En effet, parmi ceux-ci, plus de deux patients réadmis sur cinq sont retournés à l’hôpital pour la même cause.
  • Le volume le plus important de réadmission chez les patients en soins pédiatriques était attribuable à une infection des voies respiratoires ou à une pneumonie, tandis que le taux de réadmission le plus élevé a été observé chez les patients initialement hospitalisés pour une chimiothérapie ou une radiothérapie.

Les patients en soins chirurgicaux et obstétricaux étaient le plus souvent réadmis pour recevoir des soins de suivi non planifiés :

  • Près d’un patient sur dix (9,3 %) réadmis en soins chirurgicaux, soit plus de 4 000 patients, sont retournés à l’hôpital en raison d’infections contractées à la suite d’une intervention chirurgicale.
  • Près d’une patiente sur quatre réadmise après un accouchement par césarienne l’était en raison d’une infection à une plaie d’origine chirurgicale ou obstétricale.

« Le retour au service d’urgence peu de temps après la sortie ou la réadmission imprévue peuvent être une grande source de stress pour les patients et les familles », explique Dr Irfan Dhalla, médecin et scientifique à l’Hôpital St. Michael’s de Toronto. « Comprendre qui retourne à l’hôpital et pourquoi nous permettrait d’élaborer des stratégies de réduction du taux de réadmission et d’améliorer les soins aux patients. »

La durée du séjour initial à l’hôpital permet de prédire la réadmission

L’étude a conclu que les séjours de très courte et de très longue durée à l’hôpital (c’est-à-dire ceux dont la durée s’éloigne des prévisions) étaient tous deux prédictifs d’une réadmission.

D’autres éléments prédictifs de la réadmission sont notamment le revenu du quartier et le lieu de résidence : les patients issus de quartiers défavorisés et de régions rurales présentaient un risque de réadmission plus élevé.

Les autres facteurs associés à des taux de réadmission supérieurs chez les patients en soins médicaux et chirurgicaux comprennent l’âge du patient et le nombre d’affections préexistantes. Le sexe entre également en ligne de compte : le risque de réadmission au service d’urgence dans les sept jours suivant le congé initial était légèrement plus élevé chez les hommes que chez les femmes.

Relations avec les médias : media@icis.ca

Benoit Laplante
613-694-6603
Cell. : 613-725-4076
blaplante@icis.ca

Le rapport ainsi que les figures et le tableau ci-dessous sont disponibles sur le site Web de l’ICIS au www.icis.ca.

À propos de l’ICIS

Fondé en 1994, l'ICIS est un organisme autonome sans but lucratif qui fournit de l'information essentielle sur le système de santé du Canada et sur la santé des Canadiens. Il est financé par les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, et orienté par un Conseil d'administration formé de dirigeants du secteur de la santé de partout au pays. Notre vision est de contribuer à améliorer le système de santé canadien et le bien-être des Canadiens en étant un chef de file de la production d’information impartiale, fiable et comparable qui permet aux dirigeants du domaine de la santé de prendre des décisions mieux éclairées.

Pour obtenir un document de l'ICIS dans un format de remplacement, remplissez le formulaire de demande d’accès sur le site de l'ICIS.